Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 23 septembre 2016

Pas morts les mandarins!

J’ai eu la malchance, au printemps dernier, de faire un séjour de quelques semaines dans un grand hôpital de la région parisienne. Oh certes les soins y sont d’une qualité exceptionnelle, le plateau technique ultramoderne et performant, l’hôtellerie sodexmachin bof. Non je voulais vous parler des grands professeurs, ceux qui ne passent qu’une fois par semaine, obligés de baisser la tête en passant les portes, tellement leurs têtes sont grosses. Ils entrent entourés de leur aréopage d’internes, d’externes, de cadres infirmiers, aides-soignantes et tout au fond, derrière tout ce petit monde, la femme de ménage qui passe la serpillère pour tous ceux qui bavent devant le PATRON. La morgue et la suffisance de ce personnage pour qui vous n’êtes que le cas de la chambre 321. Il commente pour l’équipe et devant vous, tous les symptômes dont vous souffrez et envisage les complications possibles. Ce qui me rassurait bien-sûr qu’à moitié ! Malheur à vous si vous osez poser une question ! Vous dérangez le dieu vivant ! Je vous garantis l’authenticité du dialogue :
-         Excusez-moi, docteur, je…
-          - On dit Monsieur le professeur, mais allez-y, que voulez-vous savoir ?
-          - Heu...je… enfin… c’est que…pour combien de temps en ais-je encore ?
-        - Monsieur - il jette un coup d’œil circulaire pour voir que tout son cénacle boit ses     paroles -  vous n’écoutez pas ce que l’on vous dit. – l’air excédé- Je vous ai dit, la semaine dernière, que ce serait long, très long, je ne vous ai pas parlé de jours, ni de semaines, mais de mois ! Il faut écouter quand on vous parle !...
Que devais-je faire ? Lui jeter mon pistolet plein d’urine à la figure ou fermer ma gueule, j’ai finalement opté pour la seconde solution et m’en veux encore. Ah les cons !...

vendredi 16 septembre 2016

Triste constat

Au regard des dernières trouvailles des crétins décérébrés se disant islamistes, je m’aperçois que les femmes deviennent largement aussi connes que les hommes. Vous le savez, chaque semaine, j’essaie de stigmatiser ce qui me fait rire jaune, alors là depuis quelques jours on atteint le pompon ! Ce sont des femmes, pas obligatoirement d’origines musulmanes et mineures de surcroit, qui tentent de faire péter notre monde. Heureusement qu’elles sont plus pieds-nickelés que réellement compétentes, mais ça nous fait froid dans le dos quand-même !
On peut imaginer le dialogue familial suivant :
-         C’est quoi ces bâtons de dynamite dans ton cartable Julie ?
-         - C’est rien m’man, j’les ai eu sur Amazon.
-         - Ah bon me voilà rassurée, mais tu sais t’en servir au moins ?
-         - Pas encore, mais je prends des cours avec tatie Françoise.
-         - Très bien, ne rentre pas trop tard ma Juju.
-         - Non m’man, j’ai ma leçon de ceinture explosive à réviser avec toi ce soir.
L’égalité hommes-femmes ne veut pas dire qu’elles doivent aussi mal conduire leur voiture que les hommes ou qu’elles peuvent être aussi grossières au volant, non l’égalité devrait plutôt se faire par le haut et non pas par la connerie.
Pour une fois je dis : Ah les connes ! 

vendredi 9 septembre 2016

Politique, libido et perceuses-visseuses.

La nouvelle révélée par RTL  ce 2 septembre et confirmée par l'AFP a surpris tout le landerneau politique : Robert Rochefort, eurodéputé et vice-président du Modem, a été arrêté le 31 août dans un magasin de bricolage de Vélizy (Yvelines) après avoir été surpris par un vigile en pleine séance masturbatoire près de deux adolescentes - qui n'ont pas vu la scène et n'ont donc pas porté plainte.

Je dois dire que je suis comme lui, la vue d’une belle perceuse à percussion me provoque des érections incontrôlables (rires). Après DSK, BaupinGeorges Tronc, voilà t’y pas que ce Rochefort-là ne se sentant plus, ose l’impensable. Imagine-t-on le grand Charles faire la même chose ? Tante Yvonne en aurait avalé son crucifix ! Les hommes politiques certains hommes politiques, comme quelques célébrités ont poussé ″hors sol″ et sont coupés du monde réel. Le ″Cas Huzac″ est du même tonneau : « Les yeux dans les yeux, je n’ai jamais eu de compte en Suisse… ». Encore un qui croyait avoir sucé la tour Eiffel pour la rendre pointue ! De plus ce dernier se défausse sur un mort à peine refroidi ! Honte à lui ! Aucun sens de la dignité, il mérite ce qui l’attend : le mépris de tous pour le restant de ses jours. Un Japonais se serait fait hara-kiri. Ah les cons !

jeudi 1 septembre 2016

Les marronniers

Le sous-titre pourrait être : « Journalisme et imagination ». Revoilà la rentrée et à longueur de pages des journaux papiers, télés ou électroniques, nous voyons tous les ans les mêmes sempiternels poncifs. Ce ne sont qu’enfants en pleurs freinant de toutes leurs petites forces pour ne pas aller se faire braire dans une école dont ils n’ont rien à faire. (Oh comme je les comprends, ils en ont pour jusqu’à la retraite !)

S’il n’y avait que ces sujets récurrents et usés jusqu’à la corde, comme le salaire des cadres, le classement des hôpitaux et le pouvoir occulte des Francs-maçons, ce serait simplement risible. Hélas les journalistes, par incurie ou par ignorance, participent systématiquement à la spirale perverse de l’emballement médiatique. En partant d’un fait relativement anodin, voir mineur et, considérant que la caractéristique d’un journaliste est de ″repomper″ en amplifiant ce que d’autres ont écrit ; après un mois la fameuse dépêche de l’A.F.P., celle du chien qui a mordu une vieille dame, devient un fait de société national, puis rapidement international. Au final la France est montrée du doigt comme sous-alimentant ses animaux de compagnie « obligés de manger des vieux ». Et encore je ne parle que des journalistes professionnels. C’est sans compter sur les pseudos, les amateurs, les perroquets des réseaux sociaux, ceux qui reportent les ″on-dit que″, les ″il-paraît-que″ et toutes les raclures du net pour qui il importe d’essayer de faire une information ″crédible″ en partant de bruits de latrines. Hélas le pire est toujours plus facile à croire, cela se rapproche de la théorie du complot. Donc, comme tous les ans, cette rentrée est placée sous l’égide du cartable trop lourd de nos chères têtes blondes. Le chaos humain de Calais ? Pas d’actualité, tant qu’il n’y a pas eu 50 morts ! Une voiture piégée explose à Damas ? S’il y a plus de 200 morts cela fera deux lignes. Mais les petites phrases assassines des hommes politiques sur ceux de leurs propres camps, alors là ouiiiiiiiii, ça c’est bon !… Ah les cons !...

vendredi 26 août 2016

L’ISLAMISME RADICAL ET NOUS

Court extrait d’un article publié dans "Recherches internationales, n° 101, octobre-décembre 2014 »

Trente années de conflits au Moyen-Orient ont constitué́ une machine à fabriquer les pires extrémistes religieux dopés par deux grandes victoires : contre les Soviétiques, puis contre les États-Unis. Excusez du peu. À partir d’une telle posture, il n’y a pas lieu de s’étonner que le califat puisse rêver d’instaurer sur le territoire qu’il contrôle (de moins en moins) les traits de la société́ de ses vœux, le régime des talibans en pire ! – et d’appeler tout musulman où qu’il se trouve à participer à ce combat. L’adresse concerne potentiellement un milliard et demi de personnes. Ce n’est pas rien, et maints pays sont déjà̀ ébranlés.

En quoi sommes-nous concernés ? Il ne s’agit évidemment pas de convertir la France à l’Islam mais à pousser les musulmans qui l’habitent à vivre pleinement leur religion dans ses traditions d’origine, non perverties et littéralistes, et ce quitte à bousculer les valeurs de la République en expliquant que les règles de l’appartenance à l’Oumma doivent primer sur toute citoyenneté́ nationale. C’est évidemment un appel à dissidence. Les adeptes dont la foi est plus chevronnée seront encouragés à défier les lois à travers des actes ostensibles qui seront reprîmes. Et puis les plus déterminés seront sollicités pour rejoindre le combat en terre de califat ou perpétuer là où ils se trouvent les actes les plus barbares. (…)
Le projet radical islamiste nous interpelle à un autre titre. Si l’on considère que l’une des plus grandes bifurcations de l’humanité́ fut les Lumières, c’est-à-dire ce moment particulier où des hommes s’élevèrent pour dire : « c’est assez, il faut en finir avec les Lois divines supposées, régir nos vies, nous devons décider nous-mêmes de nos lois et de notre façon de vivre ». Alors effectivement, c’est cette grande bifurcation que l’on veut remettre en cause et il ne faut pas s’étonner de voir resurgir les spectres du blasphème et de l’attaque du sacré par ceux qui veulent faire ainsi étendre leurs croyances à ceux qui ne sont pas concernés. Tout cela prouve que le combat pour les Lumières est loin d’être terminé, y compris même au sein de l’Europe où certains pays disposent encore d’un arsenal juridique qui réprime toujours le blasphème, sous l’influence là, des religions chrétiennes. (…)
Que dire de plus ? Ah oui, ah les cons !

SOURCE DE L'ARTICLE


jeudi 18 août 2016

Soutane-kini

Dans un entretien paru mercredi 17 août dans le quotidien La Provence, Manuel Valls a annoncé « comprendre » et « soutenir » les maires ayant pris des arrêtés pour interdire le port du « burkini », « pas compatible avec les valeurs de la France et de la République ». Le premier ministre a toutefois déclaré qu’il se refusait à légiférer en la matière. « Je soutiens donc ceux qui ont pris des arrêtés, s’ils sont motivés par la volonté d’encourager le vivre ensemble, sans arrière-pensée politique. »

Ah que c’est difficile d’être premier ″sinistre″ comme disait Coluche. Il faut ménager la chèvre, le choux, le loup, tout ça dans la même barque. Personnellement je ne lui envie pas la place, mais les volontaires ne manquent pourtant pas en France pour être vizir à la place du grand vizir. Je comprends que ceux qui vivent en 1394, soient choqués par des corps dénudés sur des plages, nous l’étions également à leur âge ! Je propose donc que pour équilibrer toutes ces tensions que les curés et bonnes sœurs viennent se baigner en soutane, que les moines viennent à la plage en robe de bure et que les bonzes se trempent les fesses en robe orange. Les Sadous hindouistes, eux viendront à poil, comme c’est leur usage ! Je crois que nos dirigeants n’ont pas saisi le sens politique de ces provocations imbéciles. Ah les cons !…

vendredi 12 août 2016

Brésil saigné à blanc

Pauvre Brésil, obligé de supporter économiquement les conséquences catastrophiques des bouleversements urbanistiques, écologiques et économiques, induits par les aménagements olympiques. C’est à tel point que les 70 000 expropriés, non relogés à ce jour boudent les retransmissions télévisées. Je sais que je vais en choquer quelques-uns(es) d’entre vous, mais je trouve scandaleux qu’une candidature aux J.O. ne fasse pas l’objet d’un référendum. Nos élus(es) par vantardise, par calcul politique, par esprit de lucre, se portent volontaires pour l’organisation des jeux, sans notre avis. C’est à chaque fois le suspens pour la désignation de la ville organisatrice, sauf que les dés sont souvent pipés, toujours pour les mêmes raisons : la corruption. Alors arrêtons ces dépenses somptuaires et inutiles. Combien d’écoles, combien d’hôpitaux représentent la construction d’un bassin olympique de canoë-kayak ? A combien d’habitants profitera-t-il ? Combien d’habitants de Sotchi utilisent la piste de bobsleigh, aujourd’hui ? Quelle perte d’argent en plus dans un pays, le Brésil, qui traverse une crise économique et politique sans précédent. Tout cela pour un résultat médiocre, manque de qualité des installations du village olympique, travaux terminés par des bénévoles étrangers, etc, etc. Par pitié arrêtons le massacre et revenons à ce qui n’aurait jamais dû dépasser l’organisation d’un championnat d’athlétisme. C’est Hitler avec les jeux de 1936 qui a politisé le sport. Si Paris écope de cette calamité, nous n’aurons pas fini de payer des impôts locaux pharaoniques. Et j’ajoute que pour échapper aux résultats, c’est du domaine de l’impossible. Il n’y a plus rien qui compte plus dans le monde à l’ouverture de tous les J.T. Ah les cons !      

vendredi 5 août 2016

Allongez vos vacances GRATUITEMENT

De la relativité du temps: Répondez à cette question : « Quel temps vous parait le plus long, une heure chez le dentiste ou une heure à faire l’amour ? » Si votre réponse est : « Une heure chez le dentiste » vous êtes sur la bonne voie ! Courrez vite réserver une chambre dans l’hôtel de plus miteux (sans télé, sans montre, sans calendrier, ni radio) à Trifouilly-les-mines, là où la  pluviométrie est un record absolu. Une fois installé(e), sans lecture, laissez passer ce qui vous paraîtra une demi-journée à ne RIEN faire, puis descendez à la réception demander l’heure. Si pour vous il est 16 heure et que l’on vous répond : « Il est midi » c’est gagné ! (surtout n’écoutez pas votre estomac). Vous pouvez prolonger la réservation, au bout de trois semaines, vous en aurez gagné une. Nous avons tous perdu l’art de l’ennui. S’ennuyer c’est gagner du temps sur la mort. S’ennuyer c’est aussi prendre le temps de rêvasser, de laisser son esprit en roue libre, comme en jachère. Je déteste le verbe ″s’emmerder″, l’ennui est trop noble pour l’assimiler à la matière fécale. Bonne longues vacances à toutes et tous et surtout ENNUYEZ-VOUS copieusement ! 

jeudi 28 juillet 2016

Sport et morale

Le CIO serait-il aussi vermoulu que la FIFA ? Il y a quelque chose de pourri dans le royaume du monde en ce moment, ça nous nous en apercevons tous les jours et le sport n’échappe pas à la règle. Comme disait W. Churchill à propos du secret de sa santé à 90 ans passés : « Sport, no sport, never sport !... ». Il faut avoir en tête que le business du sport représente 450 milliards d’Euros avec une croissance de 4% par an (presque autant que celui de la drogue et des armes). Une décision « décevante », un jour « triste » ou « noir ». Plusieurs agences antidopage et des sportifs ont déploré, depuis dimanche 24 juillet, la décision du Comité international olympique (CIO) de ne pas exclure la délégation russe des Jeux olympiques de Rio. Cette décision a été annoncée quelques jours après la publication du rapport dit « McLaren » commandé par l’Agence mondiale antidopage (AMA) révélant le système de « dopage d’Etat » dans le sport russe. Sur la base de ce rapport, l’agence avait aussitôt appelé à l’exclusion de la Russie des JO 2016 et de tous les événements internationaux. Notre tonton Vladimir est passé par là en montrant ses dents et ses dollars pour que la décision soit si timorée. Le baron P. de Coubertin doit se retourner dans sa tombe. De toute façon depuis 1936 et les jeux nazis l’esprit olympique est mort. Une fois de plus les ″affaires sont les affaires″ et elles commandent à la morale. J’ose espérer que nous n’aurons jamais les J.O. à Paris, pourquoi pas Tombouctou ou Kaboul ? Ah les cons !

vendredi 22 juillet 2016

...une époque formidable !

Autrefois les CRS surveillants de plages étaient là pour sauver de la noyade les imbéciles qui, présumant de leurs forces, essayaient de battre des records de natation. Ces policiers étaient jeunes et beaux et faisaient tourner les têtes des jeunes filles. Aujourd’hui il en va tout autrement, nos braves CRS sont ″armés-jusqu’aux-dents-prêts-à-bondir″ et sont sensés nous protéger des tireurs isolés en manque de carnages estivaux. Les destinations de vacances exotiques se réduisent comme peau de chagrin, par manque de sécurité hors d’Europe. Alors tout le monde se rabat sur les plages françaises. Si par malheur il arrivait un attentat, où iraient les millions de baigneurs ? Faudra-t-il alors faire comme les Israéliens en armant chaque baigneur pour son auto-défense ? J’imagine ce que seraient les disputes pour les places sur le ″parking de la plage″ aux heures d’affluence, une hécatombe ! Toutefois en période de chômage une opportunité pour les meilleurs tireurs (parfois j’ai honte de mes articles et c’est le cas aujourd’hui !) Ah le con !


lundi 18 juillet 2016

Ce crétins a gagné !


Les décérébrés qui cherchent à  diviser les Français ont gagné, bravo ! Les trois jours de deuils ne sont pas terminés que déjà des paroles fielleuses s’élèvent de l’opposition. « On aurait pu empêcher ça ! », « Le gouvernement est incapable de protéger les Français ! » Même Jupé, d’ordinaire si réservé, y va de sa bile. Comme si notre protection était une question de droite ou de gauche. Si c’était le cas, comme j’aurais envie de tirer moi aussi dans le tas ! Hélas les élus de la nation, avant de penser au bien commun, ne pensent qu’à une chose…être réélus et à quel prix ? Mais peu importe, fusse au prix du mauvais goût, de la lâcheté et de l’ignominie !  Je suis écœuré par tant d'imbécillité. C. Estrosi, en premier, le soir même de l’attentat contre ″SA″ ville commençait à déverser des tombereaux de  fiel sur l’Etat et son exécutif. Mais il oublie simplement une chose, c’est qu’il est le premier magistrat de SA ville et devrait au moins autant culpabiliser que le ministre de l’intérieur.

Malheureusement ce seront les extrêmes qui récupéreront les pots cassés en nous expliquant qu’ils sont neufs et qu’avec eux « plus jamais ça » Ah les cons !

vendredi 15 juillet 2016

Écrire c’est ne pas mourir…tout de suite !

En entrant dans une librairie, voyant la masse considérable de livres publiés tous les ans, je me demande toujours pourquoi en faire un de plus ? Écrire est une extravagance d’une folle vanité, pourtant aussi d’une grande naïveté. Cependant c’est un plaisir solitaire extrême, voir les mots que l’on a pensés imprimés dans un livre,  ce dernier posé à la devanture d’une librairie est (presque) aussi fort qu’un orgasme. Pourtant la relecture de ma prose me donne toujours l’impression que c’est un autre qui a pondu le livre et je deviens alors le critique le plus intransigeant de moi-même. Serait-ce alors le début de la schizophrénie ? ″Je″ est-il un autre ? Un autre qui écrirait à ma place ? Si c’est le cas, il va falloir que je lui botte le cul car depuis deux ans il n’a toujours pas terminé son prochain livre. Il ne lui reste que deux chapitres, ce n’est pourtant pas la mer à boire ! Pour un polar la fin est primordiale alors ″l’autre″ a peut-être raison de prendre son temps.

Déposer des mots sur un papier dans l’espoir que d’autres, après nous, les liront est une façon de se prolonger. Même pour Nabila qui a ce point commun avec V. Hugo, ils se sont servis de mots pour composer des phrases, pourtant font-ils le même métier ? C'est une autre question ! Je crois, un peu comme les Égyptiens de l’antiquité, que l’on ne meurt définitivement qu’après la disparition de notre nom dans la mémoire des autres. Est-ce pour cela que j’écris ?  Je n’en sais rien moi-même. Toutefois il y bien d’autres façons de laisser un bon souvenir après notre départ, ne serait-ce qu’en essayant d’être le moins con possible… 

jeudi 7 juillet 2016

Panem et circenses 2

L’empereur Vespasien (Imperator Caesar Vespasianus Augustus) , celui-là même qui fit payer l’accès aux  édicules de soulagement des envies pressantes et qui est sur la photo, Vespasien donc, comprit très vite que pour avoir la paix sociale à Rome, il fallait donner au peuple deux choses : DU PAIN ET DES JEUX (jeux du cirque). S’est-on éloigné de ce principe de gouvernance depuis ? Que non !
Le pain aujourd’hui s’est transformé en moyens de le gagner, à savoir le travail et les jeux sont restés à l’identique, sauf que les équipes de foot ne s’étripent plus devant le public, ce que certains regrettent, cela donnerait du piquant à la chose (LOL). Il est fort à parier que la courbe de popularité de nos dirigeants actuels est parfaitement corrélée aux résultats  de l’équipe de France pour l’EURO 2016. Souvenons-nous de la popularité chiraquienne de 1998 après la coupe du monde (achetée ?).  En cela la France n’a pas bougé d’un poil, 2000 ans après la disparition de nos colonisateurs Latins.

Bien-sûr que rien d’autre ne compte que la courbe du chômage et que les résultats des tapeurs de ballons ronds. Nous sommes à un tournant de société. Seul l’argent est roi, rien n’est plus chic que de ″gagner de la tune. On massacre les hommes et la nature, mais ce qui trône en tête de tous les médias ce sont les résultats du foot et du tour de France. Un camion piégé pète à Bagdad tuant 200 personnes cela fait 3 minutes au J.T. contre 10 pour le foot. Le poisson est devenu une mine de mercure, mais tout le monde s’en tape. Sur quelle planète vivons-nous ? Les solutions ? D'un côté les nihilistes prêts à tout faire péter sans aucune idée de construction et de l'autre les "après moi le déluge, je veux du pognon tout de suiteAh les cons !...

samedi 2 juillet 2016

L'Europe, l'Europe, l'Europe...

Au mois d’avril, j’ai publié un ″post″ sur la question Turque où je disais : « Les diplomates Européens racontent des carabistouilles aux Turcs pour les inciter à garder les migrants venus du Moyen-Orient, tout en pensant : Cause toujours vous n’entrerez jamais dans l’Europe . Les mensonges d’État débouchent toujours sur des conflits armés ». En quelques jours la géopolitique de l’Europe occidentale s’est complètement retournée. Je ne suis pas si sûr que les Turcs aient une envie folle de rejoindre une structure en complète désagrégation. Je pense, comme François Hollande, que si l’Europe ne coupe pas très rapidement la branche Britannique, la gangrène risque de se propager dans d’autres états qui ne se sont agrégés que pour recevoir des subventions ou se protéger d’une Russie très agressive. Je pense également que la plupart des fondateurs (France, Allemagne, Italie, Benelux) pensent comme moi, l’Europe doit être un peu plus qu’un marché d’intérêts commerciaux commun. Pour que cette merveilleuse idée progresse il faut impérativement définir une véritable charte avec un échelonnement de décisions politiques allant vers une fédération. La condition d’une réussite étant une très large communication autour de la rédaction de cette charte avant de la faire adopter par l’ensemble des peuples fondateurs. Une fois cette charte acceptée par tous, et seulement à ce moment-là, le noyau pourra s’ouvrir vers d’autres  agrégations. La seule condition de réussite d’une telle entreprise est de savoir quels sont les hommes capables de porter un tel projet ? Ceux qui sont en place sont ceux qui ont miné toute tentative de rénovation, par égoïsme, prévarication et pusillanimité. Ce n’est certainement pas vers eux qu’il faudra se tourner. Ah les cons !  

vendredi 24 juin 2016

Nouvelle Europe

Nous sentons bien que nous sommes à un tournant de l'histoire de l'Humanité.
La Grande Bretagne vient de faire un pied de nez à la construction Européenne. Les cartes sont rebattues et je pense que cette Europe des technocrates va s'effondrer sur elle-même, d’autres pays vont suivre.

C'est probablement l'opportunité de reconstruire une véritable communauté fédérale à 12, pas plus. Attendons au moins une génération que cette nouvelle structure soit consolidée avant d’y intégrer pendant une autre génération d’autres pays. Ceci impliquera une perte de souveraineté pour chacun des membres, mais un fantastique espoir d’un renouveau politique. C'est précisément l'occasion de nous mettre la rate au court-bouillon pour envisager de façon franco-Française une société plus juste et mieux éclairée. Nous sentons bien que spontanément les peuples aspirent à d'autres formes de gouvernements. Nous voyons se développer sous nos yeux et indépendamment des structures politiques classiques des communautés numériques, des initiatives citoyennes, des économies collaboratives. Les syndicats (CGT en tête), les partis politiques ont intérêt à faire leur révolution culturelle s’ils ne veulent pas rester des coquilles vides après une hémorragie de militants. Finalement ce coup de tonner dans un ciel gris Européen est certainement la meilleure chose qui puisse arriver en ce moment. 

jeudi 23 juin 2016

Grrrrrrrrr

Einstein aurait dit « Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre ».
Le dossier aura été l’un des plus emblématiques, mais aussi des plus épineux du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, examiné par l’Assemblée nationale en troisième lecture du mardi 21 au jeudi 23 juin. Dans la nuit de mercredi à jeudi, les députés ont interdit les néonicotinoïdes, cette famille de pesticides reconnus nocifs pour les abeilles et les insectes pollinisateurs et, plus généralement, pour l’environnement et la santé humaine.

Bien-sûr il faudra attendre 2018 pour que cette loi soit appliquée. Et encore la majorité est faible 36 voix pour, 31 contre. Autrement dit il y a encre 31 députés intoxiqués par le lobby de la chimie américaine. On sait que c’est mauvais mais on y va quand-même !  Comment peut faire encore confiance à des élus capables de s’opposer à des choses aussi évidentes. La différence entre le bien et le mal n’est très compliquée à démêler, c’est le choix entre la vie et la mort. Ah les cons ! 

vendredi 17 juin 2016

Touche pas à mon flic !

Mais dans quel monde vivons-nous ? Voilà que maintenant les extrémistes de tous poils s’attaquent directement, non seulement à ceux qui sont sensés nous protéger, mais en plus à leur famille. Qui les protégera, nous peut-être ? Alors il va falloir nous armer pour les défendre ! Entre la lutte contre les crétins alcoolisés qui se battent et détruisent tout sur leur passage après les matchs de foot, les décérébrés abrutis de coran (ça saoule autant que la vodka) qui visent rien de moins que de convertir de force l’occident ″dépravé″ et les ultra gauchistes qui, comme les premiers et pour symboliser leur dégoût de la société libérale en détruisent tous les totems, à commencer par les abris de bus et même les hôpitaux pour enfants (tu parles d’un acte révolutionnaire, la Bastille c’était aut’chose !) ; il y a de quoi rendre sa plaque de police et chercher un emploi de garde champêtre à Trifouilli-la-bataille. Quoi que même en rase campagne les voleurs de truffes, les braconniers et les propriétaires se tirent dessus comme sur des lapins. Plus sérieusement le risque dans une telle situation chaotique, c’est que des milices d’autodéfense se forment et que les vieux fusils de chasse sortent des granges, alors là nous serions à l’orée d’une guerre civile. Mon seul espoir, aux vues de notre capacité à gérer des situations de crise, c’est que nous échappions aux J.O. Ah les cons !

vendredi 10 juin 2016

Le foot, le foot, le foot…

Mais de quoi se mêle ce grand con de Zlatan à l’égo surdimensionné ? Il vient maintenant parler politique dans un pays qui n’est pas le sien ! Je n’aimais déjà pas beaucoup le foot et me préparais à passer un mois difficile où l’on ne va parler que de ça ; mais d’entendre ce crétin vouloir venir donner des leçons de politique à notre exécutif, voilà de quoi me faire détester définitivement ce sport. Il faut bien dire qu’en dehors du terrain, les préoccupations métaphysiques des professionnels du ballon rond sont relativement basiques. Avoir la voiture la plus clinquante et surpuissante de l’équipe, puis sortir avec la bombasse pneumatique la plus siliconée. Ces ″dames″ revendiquent un statut : femmes de footballeurs. Elles ont même leur livre-confession de chevet : «Confessions d’une femme de footballeurs » au pluriel, paru l’été dernier aux éditions Hugo Sport. ″Michetonneuse″ de première classe, Manuela a, de son propre aveu, « couché avec un pourcentage honnête des vestiaires de Liverpool, d’Arsenal, du PSG, du Milan AC et de la Roma », et entend désormais révéler au grand public « des infos à faire imploser le football européen ». De son côté, Vanity Fair révèle comment gonfler les rangs de cette armée en talons aiguilles qui ne manquera pas de fasciner le Vieux Continent pendant l'Euro. Ah les connasses !

vendredi 3 juin 2016

Entre peste et choléra ?

Nous n’aurions le choix qu’entre chômage et pauvreté, ce qui revient au même et c’est ce dont on nous rebat les oreilles ! Je comprends les jeunes générations pour qui cette alternative est révoltante. Si le gouvernement choisit le plein emploi, il ne peut (soit disant) faire autrement que de créer des millions de petits emplois peu rémunérés, c’est ″l’ubérisation″ de la société. Mais entre emplois traditionnels détruits par ce paradigme et les nouveaux créés, l’écart resterait positif, toutefois la société s’appauvrit. C’est la vision néolibérale chère au jeune Macron que les blaireaux adorent. Or pendant les fameuses trente glorieuses (1945-1974), nous aurions eu le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière, mais nous avons beaucoup travaillé. Alors la société actuelle commence à regarder les retraités d’un œil soupçonneux, comme si nous avions accaparé leurs richesses. Les médias nous expliquent à longueur de J.T. qu’un retour en arrière est impossible et qu’il faut accepter que nos enfants vivent moins bien que nous. L’autre solution ? Ce serait la collectivisation des moyens de production, chère à Lénine. Alors des ″experts″ défilent sur nos écrans pour nous préparer à la décroissance en nous expliquant que c’est la seule solution. Mais qui sont-ils ? Un expert, par définition,  est un personnage qui nous explique pourquoi son prédécesseur s’est trompé, mais que lui sait.  un peu comme "le nuage radioactif, venu d'Ukraine, qui s'est arrêté net à nos frontières, grâce aux vents contraires″. Le professeur Pierre Pèlerin, grand expert du nucléaire français des années 80, nous a enfumé avec des paroles lénifiantes et trompeuses. Mais alors où est la Vérité et qui la détient, si les experts mentent ? Ce n’est pas en période électorale qu’il faut poser la question. Cependant à force de nous raconter des carabistouilles, nous finissons par douter de tout et à remettre en question la parole de nos élus. C’est de cette façon que l’on alimente le populisme des extrêmes. Ah les cons !


vendredi 27 mai 2016

Économie de crise

J’ai vécu dans les années 80 le régime socialiste à la soviet en Algérie pendant 5 ans (que Brico-girl à bien connu). Je retrouve aujourd’hui les mêmes syndromes. Un bruit circulait : « Il va y avoir une importation de bananes » et chacun d’activer ses ″réseaux″ de piston pour obtenir quelques fruits. Au total tous les pistons fonctionnaient en même temps et on se retrouvait avec 10 kgs de bananes vertes qui murissaient toutes en même temps. On faisait alors le tour des copains : « Tu veux des bananes ? Non merci je ne sais qu’en faire !» le pauvre péquin, qui lui n’avait pas de réseau continuait à se passer de bananes ! C’est un peu ce qui se passe en ce moment avec le carburant. Je me demande si la CGT ne cherche pas à nous faire découvrir les merveilles du stalinisme soviétique des années 50 en URSS. Qu’est devenue la raison dans tout cela ? Entre libéralisme débridé, où seuls les plus forts et le plus riches survivent en écrasant les manants et cette tentation folle de mettre à bas toutes nos valeurs pour créer le fameux ″homme nouveau″ il y a de la marge !  Le problème est que j’ai l’impression que l’on se trouve devant une querelle d’ego, où chacun joue sa survie. En attendant qui va payer les pots cassés ? et qui ramassera les morceaux ? Nous savons tous qu'ils finiront par négocier pour en sortir. En attendant que de temps et d'argent perdu ! Ah les cons !

mardi 24 mai 2016

Grrrr

Je me demande si les chaines de télévision ne s’ingénient pas à organiser les crises en allumant les incendies. Dans le genre : « Dépêchez-vous de faire le plein de votre voiture l’essence va manquer. Regardez sur ces images, il y a déjà de longues files devant les stations-services, etc… » Bien-sûr que tous les blaireaux se précipitent sur les pompes, jerrycans à la main, organisant ainsi eux-mêmes la pénurie. Et ce catastrophisme médiatique est organisé depuis déjà quelque temps. Autre question : « La semaine dernière, comment se fait-il que les caméras de BFM TV aient été présentes AVANT que la voiture de police ne soit incendiées ? » La réponse me parait simple, les casseurs leur avaient donné rendez-vous ! Dans ce cas les deux pauvres apprentis policiers devraient porter plainte pour non-assistance à personnes en danger envers les tordus qui filmaient, aidant ainsi les salauds qui veulent abattre la République. Tout ça pour faire de l’audience, donc du fric, encore du fric, toujours du fric ! Et ces images passent en boucle sur toutes les chaines. Oui nous sommes manipulés par les médias, néanmoins pas par une espèce de complot mondial fantasmé ; non tout simplement par l’appât du gain et le goût du lucre. Ah les cons ! 

vendredi 20 mai 2016

Droit de cuissage

Je ne suis pas très fier ces derniers temps d’être un homme. Si le pouvoir corrompt, il n’implique pas, en plus, obligatoirement de se comporter comme un salaud auprès des femmes ! Bon, c’est vrai qu’avec la tête de Baupin, les succès féminins spontanés ne doivent pas être légion, alors il force un peu le destin. Plus largement on en revient toujours au fait que les grands élus sont coupés du monde réel. Ils se sentent investis de tous les droits dont celui de cuissage (dont on ne retrouve aucune trace dans le droit positif français). C’est d’autant plus lâche qu’ils savent que les victimes seront muettes. Pour le moment on ne parle que du monde politique, qu’en est-il dans les entreprises ?
Si les femmes politiques osent parler, c’est qu’elles sont en position de pouvoir le faire sans trop de dégâts sur leurs carrières. Cependant qu’en est-il pour le personnel féminin hospitalier, les fonctionnaires, les PME ou les multinationales ? Oh la réponse est simple, elles se taisent la plupart du temps. Très curieusement il n’y a que sainte Boutin qui semble défendre les hommes, les vrais, les tatoués, les velus, probablement une frustration de ne pas avoir été harcelée plus souvent ? Ah les cons !

vendredi 13 mai 2016

La mauvaise foi

Décidément notre Narkozy national cultive la mauvaise foi comme un art à part entière. Dans une citation, le ″nain hydrocéphale″ laisse penser que le budget des armées serait tombé à 32 milliards d’euros sous le quinquennat de François Hollande. Or les chiffres sont implacables et les faits têtus : c’est sous son propre quinquennat que le budget de la défense (hors pensions et anciens combattants), a atteint ce niveau, avec 32,1 milliards en 2011. La tendance à la baisse était d’ailleurs générale dans les pays occidentaux.

De même, si Nicolas Sarkozy a raison de souligner que « la France dispose d’un budget de la défense inférieur à celui de l’Allemagne », mais il a tort de dire que c’est « la première fois depuis 1945 ». Il oublie en effet de préciser que c’est le cas depuis… 2010, c’est-à-dire sous son quinquennat également. Mais en politique il suffit souvent d’affirmer très fort, même le faux, pour être entendu et être entendu c’est souvent avoir raison. Décidément nous allons vivre des moments savoureux où chaque camp arrivera aux élections en s'entre-déchirant, y compris le FN pour qui les choses ne sont pas plus simples, tant que le vieux borgne est vivant, car il va monter sa propre formation et d’ici qu’il se présente lui aussi… Ah les cons !

dimanche 8 mai 2016

À tous ceux qui me font l’honneur de suivre ce blog, j’adresse mes excuses. Une vilaine maladie m’a retenu dans les griffes de l’hôpital pendant une quinzaine. Milieu étrange où le malade est dit ″patient″ et il en faut de la patience pour supporter la suffisance des mandarins qui viennent une fois par semaine, entourés de leur aréopage vous donner, par condescendance, la bonne parole. Ils sont les ″sachant″, leurs internes, externes, infirmières les regardent comme des ½ dieux. « On ne dit docteur, mais Monsieur le professeur… »
Toute cette semaine je vais réfléchir à un billet pour vendredi.

vendredi 22 avril 2016

Turquie européenne ?

Les diplomates Européens racontent des carabistouilles aux Turcs pour les inciter à garder les migrants venus du Moyen-Orient, tout en pensant : « Cause toujours vous n’entrerez jamais dans l’Europe ». Les mensonges d’État débouchent toujours sur des conflits armés, souvenons-nous des conséquences sanglantes de la déclaration Balfour, toujours explosives encore aujourd’hui. Mais comme disait Audiard : « Il ne faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages » et les Trucs, même islamistes s’en rendent bien compte. On est dans un poker-menteur. Seulement voilà, le problème est bien plus vaste que cela. Si l’on arrive, par impossible, à fermer le ″robinet Turc″, combien d’autres avec les beaux jours vont s’ouvrir ? En Libye par exemple, et là ce n’est pas la Grèce qui est en première ligne mais l’Italie. Des phénomènes migratoires l’humanité n’est faite que de cela, depuis homo erectus parti d’Afrique pour coloniser le monde entier. Les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets, les richesses supposées ou réelles des uns attirent les autres aux ventres vides. L’Espagne et le Portugal ont bien mis en coupe réglée toute l’Amérique de sud pour lui piller son or. 

vendredi 15 avril 2016

Les Cons

Vous n’aurez pas manqué de noter que je termine souvent mes billets par : « Ah les cons ! » Tout d’abord j’observe que de vouloir identifier les imbéciles au sexe féminin est une insulte à la vulve, origine de toute vie et sujet d’immense dévotion de ma part. Cela dit, le mot exprime mieux la bêtise extrême que le mot ″crétin″ par exemple. Je garderai donc ce vocable tout en présentant mes excuses auprès de toutes les dames dont j’ai tant aimé le triangle d’or. Toutefois les cons sont nécessaires, ne serait-ce que  pour mettre en valeur ceux qui ne le sont pas ou qui le sont moins, car il y a une progressivité dans la connerie. Néanmoins ce n’est pas une question d’âge, comme dit Tonton Georges : « L’âge ne fait rien à l’affaire ». A contrario, on peut argumenter que nous sommes toujours le con de quelqu’un. En effet le con est toujours relatif, on est jamais un con absolu, sauf peut-être Donald Trump qui lui l’est définitivement ; mais on est con par rapport à l’autre que l’on juge comme l’étant plus que soi. Corrélativement l’autre en a autant à notre égard. Pour un communiste le L.R. est con, et ce dernier n’en n’a pas moins pour le premier. Donc si l’on additionne les deux, c’est l’ensemble de l’humanité qu’il faut considérer comme conne, moi compris. Toutefois il existe un remède, mais non remboursé par la sécu, c’est la lecture répétée de mon maître à penser, Alphonse Allais,. Ce brave Alphonse ne disait-il pas que : « Le meilleur système de gouvernement au monde est la dictature… néanmoins pondéré par l’assassinat politique ». Conclusion : Nous sommes tous cons !

vendredi 8 avril 2016

Le sabre et le goupillon

Après les clergé pédophiles, voilà maintenant l’armée zoophile. On avait bien connu, aux temps coloniaux, les chèvres meilleures ″amies″ du légionnaire, mais là on dépasse les limites. Je pensais avoir vu les tréfonds de l’horreur avec l’abjecte lâcheté des talibans faisant exploser une bombe parmi des enfants, mais nos soldats, fierté de la nation, faisant violer des fillettes par des chiens, ça on n’avait pas encore imaginé une telle ignominie ! À qui se fier maintenant ? À la police capable de bastonner des mineurs ? Même si le bidasse moyen (dont je fus) ne brille pas particulièrement par la subtilité de ses comportements vis-à-vis de la gent féminine, on est en droit de se poser des questions sur le recrutement des soldats de métier (dont je n’ai jamais été). Outre les qualités physiques, il faudrait quand-même se pencher sur le nombre des neurones des futures recrues. Si nous avons la preuve que les prêtres furent protégés par leur hiérarchie, il semble bien que ce soit également de cas pour l’encadrement de la ″grande muette″. Il a fallu attendre une inspection de l’ONU pour découvrir le pot aux roses. Que faire en pareil cas ? pour suivre la logique des choses, envoyer des gendarmes pour surveiller les militaires qui sont censés protéger les populations locales. Mais alors qui contrôlera la maréchaussée ? Cela me rappelle la publicité Ripolin des années 30, ah les cons !

vendredi 1 avril 2016

Kamikaze

Proposition : De toute évidence les kamikazes manquent d’expérience ! Devant les quelques ratées lors de certains attentats-suicides, je propose une formation gratuite en rase campagne pour le maniement des ceintures d’explosifs. J’ai pris une option sur un bel hectare dégagé et semi-désertique dans le Larzac, qui n’en manque pas et proche d’un terrain militaire pour que le bruit ne dérange pas les voisins. Les candidats pourront, dans le calme de cette belle campagne aveyronnaise, essayer en toute quiétude leurs ceintures sur eux-mêmes. En cas de mauvais fonctionnement, la ceinture défectueuse, accompagnée de sa fiche de garantie sera renvoyée à la préfecture de police et un nouvel équipement prêté gracieusement avant le retour d’une nouvelle fourniture. Ainsi pas de ″temps mort″ pour l’exercice (unique). Pour optimiser les risques de ratées, les essais se feront en groupes de trois. À la suite du stage de formation, un questionnaire de satisfaction sera envoyé à la famille pour que je puisse améliorer les conditions de formation pour les sessions suivantes. J’ai déjà, en plus du terrain, retenu au paradis 7000 vierges d’avances et quelques éphèbes pour les homos, tous dûment estampillés ″hallal″. Précision : La formation ne sera pas diplômante.

Jeanmi cette fois c’est bien toi le con ! (Heureusement que nous sommes le 1er avril)... 

vendredi 25 mars 2016

Vive le gasoil !

Cinquante mille à soixante mille euros par an : c’est ce qu’a confessé avoir touché du pétrolier Total, depuis la fin des années 1990, le pneumologue MICHEL AUBIER, (cliquez) chef de service à l’hôpital Bichat, à Paris. Le médecin était entendu à huis clos, jeudi 17 mars au matin, par la commission d’enquête du Sénat sur le coût de la pollution atmosphérique, dans une ambiance assez lourde. Et pour cause. Voilà près d’un an, le 16 avril 2015, dans le cadre de ses travaux, cette même commission avait auditionné en tant qu’expert M. Aubier, qui avait déclaré en préambule de son intervention : « Je n’ai aucun lien d’intérêt avec les acteurs économiques. » Une déclaration sous serment démentie par Libération et Le Canard enchaîné qui ont révélé, mercredi, que le professeur exerçait depuis 1997 les fonctions de médecin-conseil pour Total, chargé de conseiller les cadres dirigeants du groupe en cas de problèmes de santé. Ben voyons ! Le diesel est bon, le diesel est sain, c’est Total qui nous le dit. Décidément ils nous prennent pour qui ? Cette fois les cons c’est nous !

vendredi 18 mars 2016

Sport, no sport, never sport…

- Dis-moi Papi, c’est quoi le football ?
- Oh c’est simple, ce sont 22 garçons qui courent derrière le même ballon et c’est le PSG qui gagne à la fin !

Bon je sais que mon petit-fils, Paul, sait ce que c’est, il est même licencié (pas mis à la porte de son collège, il ne demanderait que ça !). De plus il soutient à mort le PSG. Il est vrai qu’à son âge il lui est difficile de ne pas aller vers ceux qui raflent toutes les mises sans surprise. Avec des Dollars on fait bien pousser des carottes dans le désert et de la même façon on fait gagner n’importe quelle équipe pourvu qu’on y mette le prix et les Qataris savent y faire question dollars ! Il est difficile d’expliquer cela à un jeune garçon de 11 ans. Pourtant c’est la triste réalité, le sport n’a plus rien à voir, et ceci dans presque toutes les disciplines, avec la beauté du dépassement de soi-même et le plaisir du jeu. Un peu facile de raisonner de cette façon manichéenne, me direz-vous ? pourtant je ne suis pas éloigné de la triste réalité. Mais attention ! Trop c’est trop et au final le foot, le tennis et même le rugby finiront par lasser des spectateurs blasés qui ne se sentent plus concernés par des milliardaires au QI de moules cuites courant derrière un ballon, ah les cons !…