Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 28 juillet 2017

Club des dictateurs (suite sans fin)

«La politique de la France depuis le premier jour est de soutenir les terroristes, d'être directement responsable des tueries dans notre pays», affirme Bachar el-Assad. Il accuse le président François Hollande d'avoir «envoyé de l'armement à des groupes modérés qui sont en fait des terroristes». Ce très gentil garçon qu’est Bachar, lui aussi pratique la stratégie de la cocotte-minute, décrite dans mon précédent article. Sauf que la situation est beaucoup plus complexe que dans n’importe quel autre pays. Ici intervient le conflit entre Russes et Etazuniens, ajoutons à cela la guerre religieuse entre Chi’ites et Sunnites, envenimée par les revendications indépendantistes Kurdes. Le tout se déroulant  aux portes d’Israël qui ne fait pas que compter les points. Si vous arrivez à proposer une solution de paix dans cette région du monde, allez-y et bon courage !... Tout cela remonte à la guerre de 14-18 quand la perfide Albion s’est partagé le gâteau avec ces cochons de Français (accords Sykes-Picot : 16 mai 1916 ). Nous avons tracé, à la règle, des frontières où il n’y en avait pas depuis des milliers d’années. L’hypocrisie et la veulerie de l’occident depuis un siècle ont fait le reste ! Nous avons mis le chaos, puis nous nous sommes retirés en disant : « Démerdez-vous ! » La guerre civile du Liban, le conflit Israélo-arabe en sont des dégâts collatéraux. Maintenant que faire ? Un foyer d’infection affaiblit toujours le corps humain qui développe alors des maladies associées. Il en va de même pour les pays et au Moyen-Orient tout particulièrement, foyer qui secrète le terrorisme. Ah les cons ! 

1 commentaire:

  1. pour aujourd'hui j'en ai ras la casquette des dictateurs,ouf! ;)
    Bzzz...

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.