Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 5 décembre 2014

Démission des élites ?

Il ne suffit pas que les constats soient justes pour que les analyses qui les accompagnent soient pertinentes. Les vitupérations incantatoires et érudites ne suffisent pas à modifier les causes. Depuis quelques années nous voyons monter, sous couvert de ″reconnaissance des diversités culturelles″, un rejet des valeurs humanistes et républicaines, seules garantes de la cohésion sociale et du vivre ensemble. Les revendications communautaires finiront par aboutir à une société fractionnée, divisée et désagrégée. Chaque communauté se bloque dans sa culture. Quelquefois méprisées, elles cherchent à se protéger par l’enfermement. Se développeront alors des monstruosités dont nous commençons déjà à découvrir l’horreur. Une fois ces déviations enkystées dans notre société, il est trop tard pour faire demi-tour. Si nous continuons de cette façon, nous verrons bientôt des drapeaux berrichons agités lors de certains mariages dans les mairies. L’étude de solutions efficaces s’impose donc à nous tous, nous devons rechercher, puis offrir à nos élites (journalistes, auteurs, élus, etc.) des propositions, plutôt que des revendications. Les communautés doivent aussi comprendre de leur côté que la seule voie émancipatrice est l’intégration…

25 commentaires:

  1. Oh, comme je suis d'accord ! on est bloqués par tous ces communautarismes et cela devient dangereux pour notre société. De plus, les religions reprennent le dessus et si cela continue, la laïcité n'existera plus.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  2. Et tu crois qu'ils nous écouteraient, naïf que tu es!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ne risquons rien d'essayer. Sur le plan individuel, cela reste difficile, c'est pour cela que les "laboratoires d'idées" existent. C'est par eux que les idées peuvent passer. Par définition les élus n'ont d'idées que celles qu'on leur propose, en dehors de ceux qui viennent mendier un passe-droit, leurs permanences sont vides...

      Supprimer
  3. Sous prétexte de tolérance, l'état français s'est montré laxiste sur les limites qu'il aurait dû fixer concernant les droits et devoirs des nouveaux venus étrangers. En effet, choisir de venir vivre en France - pour les émigrés de toute origine - n'aurait jamais dû signifier transporter sa culture, ses traditions, et VOULOIR LES IMPOSER au mépris de celles du pays d'accueil. En effet, s'il est légitime de vouloir préserver sa culture, ce ne peut se tolérer qu'à la condition qu'elle reste dans la sphère privée. C'est le respect de la culture du pays d'accueil qui le nécessite. Vouloir lui imposer des normes qui ne sont pas les siennes est une aberration. Si l'on ne peut s'y plier, chacun a le choix et la liberté de ne plus vivre dans le pays dont on rejette les règles.Or, nous en sommes arrivés au stade inverse ! Et ceci est de l'entière responsabilité des gouvernants qui ont laissé s'installer une telle situation ! Ce qui rend très difficile - mais non impossible - une marche arrière souhaitable.

    RépondreSupprimer
  4. On n'est pas rendus! Quand on voit que pour organiser le 14 juillet dans des villages associés, on se heurte à "Ceux de M... n'iront jamais à V... " 'distants de 3km...
    Quand on voit que votant dans une commune depuis 1976, nous sommes toujours des "parisiens", des "accourus"...
    Quand quelqu'un qui m'est proche persiste à poser l'hermine bretonne sur la vitre arrière de sa bagnole, bagnole dont j'hérite quand il en change et ça colle ce machin-là... impossible de l'évacuer et du coup, comment y coller le chardon de Lorraine dont je suis issue...
    Heureusement le Lorrain n'est pas identitaire et le chardon en auto-collant n'existe pas... à ma connaissance du moins...
    Mais hors plaisanterie, je trouve respectable de garder la mémoire du lieu dont on vient... ce qui l'est moins, c'est de le trouver préférable à celui d'où vient son voisin...
    Est-ce trop difficile d'aimer ses origines en appréciant celles des autres?
    Certes le français est chauvin, mais force est de constater que le couscous et mieux adopté chez nous que la choucroute en orient...

    RépondreSupprimer
  5. Un jour, peut-être... En attendant, tu as raison, chacun à sa mesure, peut contribuer à la recherche de "solutions efficaces"...

    RépondreSupprimer
  6. Alors là, Jeanmi je tire mon chapeau et balaie le sol avec la panache ! A notre époque imbécile où le problème majeur est de savoir si on continue ou non avec la notation... je te crédite d'un 20/20.
    Je vous trouve bien idéalistes, pour moi c'est comme l'éducation des enfants : dans la mesure ou l'intégration n'est pas imposée pourquoi se fatiguer ?

    RépondreSupprimer
  7. 2000 ans ont forgé notre France, avec toute sa culture artistique et religieuse.
    Force est de constater aujourd' hui, que l' islam est sorti des mosquées pour s' imposer comme culture nouvelle, et malheureusement, sous prétexte de démocratie, nos politiques laissent faire, et même encouragent !
    Un petit coup d' oeil ailleurs, nous donne la fin de l' histoire, un peu à la Kosovo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais justement... c'est ce qu'a fait notre culture il y a 2000ans en s'imposant aux cultures établies alors... le monde change, les cultures aussi... et l'Islam, dès lors que sa lettre est respectée, qu'il ne tue personne, et va dans le sens de l'évolution juste, vaut autant que n'importe quelle autre culture...
      c'est l'inculture qui est grave; et cette maladie frappe fort ces temps-ci, quelles que soient les ethnies...
      Et plus grave encore, cette crainte devant une probable montée de l'Islam fait voile devant une invasion autrement préjudiciable à l'humanité; un invasion qu'on laisse s'étendre tant elle satisfait nos plus bas appétits: c'est celle des multinationales en tous genres qui sont en train de faire de nous et de nos descendants des robots sans cervelles juste capable de se river à des écrans en tapotant sur des claviers.
      L'Islam fait peur? Il est jeune; il se calmera . Il a 700 ans de moins que nous. Où en étions-nous en ce temps-là? A la Saint-Barthélémy , aux bûchers flambants d'hérétiques, des gens qui osaient parler, penser autrement.

      Supprimer
  8. Ce qui est intéressant, c'est que ce glissement commnautariste (qui nous vient tout droit de la culture américaine) est légitimé ici par les "valeurs humanistes et républicaines". Au nom de la "liberté", tout peut être proclamé haut et fort et de manière tout à fait assumée. Le communautarisme musulman, juif, gay (et d'autres qui ne tarderont pas à s'imposer) en sont issus. Quand ça nous arrange, on ferme les yeux. Tout cela est à géométrie (très) variable en fonction des communautés. On se mord la queue...

    RépondreSupprimer
  9. Juanmi, je dirai presque comme manouche : la plume de mon chapeau balaie la trace de tes pas ! Il est devenu malséant de nous jours de rappeler de telles évidences. On forge une société raisonnable par l'intégration. Les Français sont Français avant que d'être parisiens, non ? Être Français d'abord et avant tout.

    Et surtout, surtout, si tu viens d'ailleurs, ne jamais oublier que tu es « accueilli » par ton pays d'accueil, que c'est à l'arrivant de s'intégrer d'abord et avant tout. La mosaïque culturelle, reconnue et subventionnée, mène trop souvent au morcellement, à la fragmentation et à l'isolement. Ultimement, à la destruction de la société.

    RépondreSupprimer
  10. bonsoir Jeanmi
    je remarque qu'on parle trés rarement de l'Europe
    on était sensé construire un continent fort et égalitaire, très culturel, et solidaire
    mais cela semble possible pour l'argent qui circule plus vite que la lumière!
    les européns se ferment dans leurs pays, leurs régions, leurs rues, leurs maisons, leur coeur...
    amitiés
    Angie

    RépondreSupprimer
  11. Quand on a la générosité d'accueillir, il faut aussi avoir celle d'admettre les usages de qui l'on accueille. En songeant aussi que ceux qui viennent chez nous sont déracinés et ont besoin de se souvenir du pays qu'ils ont quitté. Ils ne peuvent pas oublier d'un seul coup d'un seul tout ce que des générations leur ont transmis... Ils ont besoin de se retrouver, d'avoir des lieux où pratiquer leurs cultes... Il est certes des extrémistes mais ne le soyons pas nous-mêmes et surtout ne nous laissons pas influencer par ceux (et celle) qui usent d'arguments de premier degré. L'intégration se fait inéluctablement ; une intégration dans la différence. Je fréquente la ville de Dreux depuis des décennies et je peux constater que mis à parts certains quartiers "chauds"n on peut voir la troisième génération d'immigrés, qui se sont fait une place. Certaines jeunes femmes certes portent le foulard, mais un foulard de mousseline drapé avec une élégance qui fait envie. Leurs pères et grand-pères ont des jardins et nous avons grâce à eux un marché de fruits et légumes superbes... Et oui, une mosquée a poussé à la périphérie mais ce n'est pas parce que nous délaissons nos églises qu'il faut se choquer que d'autres souhaitent des lieux de recueillement....
    Et oui, j'aime le couscous, Oum Kalsoum et la musique arabo-andalouse et les poèmes d'Omar Khayam et les contes soufis... autant que la choucroute, Rameau, la chanson française, Ronsard et Charles Perrault...
    ...et "mon ami" qui me vend d'excellentes oranges en m'informant de la meilleure saison pour les acheter...
    Vive la diversité des cultures et le métissage!

    RépondreSupprimer
  12. Mais nous sommes bien d'accord là-dessus : c'est lorsque les arrivants ambitionnent d'imposer leurs coutumes en refusant de souscrire à certains impératifs du pays d'accueil que le bât blesse. Rien d'autre.

    RépondreSupprimer
  13. Nos élites font la sourde oreille prétextant le racisme ou l'intolérance, il est bien plus facile de ne rien faire contre les revendications communautaristes (qui n'en sont pas, puisque qu'une revendication est d'abord une demande et que les communautés imposent), que de lutter contre elles. Ce laisser aller des pouvoirs publics et des médias provoque la peur chez les citoyens et tout ce qui en découle.

    RépondreSupprimer
  14. La démocratie elle-même est à revoir, dont les élus copinent discrètement mais sans coup férir, avec les puissances économiques et financières qui n'ont aucun des objectifs que se propose la démocratie : elles ne sont ni choisies par le peuple, ne sont pas gérées par lui et n'ont pas pour but le bonheur des gens. Cqfd.

    RépondreSupprimer
  15. Un cosmonaute ne peut se permettre de prendre des initiatives du genre de Valentina. J'ai du mal à m'intéresser à la politique et m'en éloigne au maximum ! Bon lundi

    RépondreSupprimer
  16. Le système ne fait-il pas tout pour attiser la haine entre les cultures?

    RépondreSupprimer
  17. Qu'est ce que tu as contre le drapeau Berrichon ?

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour,
    désolé pour le copier/coller, j'ai peu de temps aujourd'hui, je pars pour un long moment, peut-être comme l'année dernière (3 mois). Les photos sont programmées sur mon blog, vous pouvez passer les voir quand ça vous arrange. Je ne passerai pas chaque jour, je n'aurai pas toujours un PC de disponible. Ces dix prochains jours, je serai à Paris et ça va être difficile. Je vais essayer de passer une à deux fois par semaine.
    Je te souhaite de bonnes Fêtes de fin d'années.

    RépondreSupprimer
  19. BONSOIR et bien je pense qu'il faut trouver des solutions mais en cherchant et sans faire semblant
    Gros bisous je suis toujours pressée

    RépondreSupprimer
  20. On aimerait vous lire sur le rapport CIA TORTURE monsieur Roche
    Laura Fassone

    RépondreSupprimer
  21. que de vérité dans ton article rien à redire
    leur l'intégration et non pas la notre à leur idée, même si nous acceptons certaines coutumes
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
  22. Je suis pleinement d'accord. J'apprécie vos articles. Ils expriment ce que je pense moi-même bien plus clairement que je ne pourrais le faire.

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.