Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 21 novembre 2014

La propriété c'est le vol...

…disait ce brave Proudhon ! Inversons le propos, le vol est-il pour autant la propriété ? Le "propriétaire" de ce chariot, chapardé dans un supermarché, semble le croire. Il n’est pas question qu’on lui dérobe, aussi a-t-il attaché solidement sa nouvelle acquisition avec un antivol à la grille cette station de métro parisienne. Vous excuserez la piètre qualité de la photo, mais j’étais arrêté à un feu rouge et le temps m’était compté. Finalement pratique un téléphone-photo.
Je rêve quelques fois au phantasme anarcho-syndicaliste des années 1870 où, contrairement à ce que l’on croit, l’anarchie n’est pas le chaos, mais l’ordre sans l’État. Bien-sûr c’est une utopie ! Et une utopie est toujours dangereuse quand elle se coupe de l’humanisme.
Pour en revenir au chariot, cette photo est bien l’illustration de l’impossibilité de la mise en commun de la propriété. Bakounine, Proudhon ou Paul Lafargue auraient bien dû y penser ! Devant l’échec de sa vision d’un monde idéal Paul Lafargue, l’inventeur du socialisme, s’est suicidé avec sa compagne qui était la fille de Karl Marx.

Cependant il écrivit un petit ouvrage en 1883, que je vous offre : LE DROIT À LA PARESSE vous verrez comme il est actuel…

24 commentaires:

  1. Je trouve la situation assez savoureuse quand même !

    RépondreSupprimer
  2. Bien vu (et bien dit) et aussi, merci pour le lien et la découverte !!!

    RépondreSupprimer
  3. l' homme étant ce qu' il est, aucune idéologie ne peut être parfaite, si elle n' est pas accompagnée de contraintes légales.
    Toutefois, si au lieu de faire l' apologie du veau d' or, on tentait de faire celle du samaritain, peut être s' en porterait on mieux !
    Bonne journée
    Amitié

    RépondreSupprimer
  4. Et c'est moi qui ai piqué le contenu du chariot, faut partager éh, camarade !

    RépondreSupprimer
  5. Tout' façon, voler un chariot de super marché, ce n'est jamais que voler un voleur...
    Et le voleur de chariot fait moins de mal à la société que la grande distribution...
    Ce qu'il faudrait connaître, c'est l'éthique du chapardeur: s'il considère qu'il s'approprie quelque chose dont il a besoin en le prélevant à qui n'en subira pas de gros dommage... c'est un anarchiste, un libertaire ou tout simplement un pauvre...
    Maintenant , s'il croit licite de prendre ce dont il a besoin là où il le trouve sans se soucier du possesseur de la chose et des ses besoins éventuels... là, c'est tout bonnement un voleur ...
    Hugh! j'ai dit...

    RépondreSupprimer
  6. Aurait-il poussé le luxe de le repeindre en bleu et cacher la couleur rouge ???
    GROS BECS

    RépondreSupprimer
  7. Lollll, la boucle est bouclée !

    RépondreSupprimer
  8. Je peux dire à quoi sert ce chariot . Il est utilisé pour griller le maïs que vendent les indiens à la sortie du métro .
    Un bien devenu commun pour le bien être de celles et ceux qui achétent le maïs et pour celui qui le vend et récupère quelques euros !
    Vol ou débrouillardise ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme le dit si bien almanachronique, voler un voleur est-ce voler ? Donc je pourrais répondre "débrouillardise". Je vois que la belle Marianne sort des sommets de son Montmartre pour descendre dans la plaine...

      Supprimer
  9. Oh, un petit larcin de rien du tout un chariot, mais qui serait certainement bien plus puni que certains, immenses, réalisés en col blanc...quand tout va de travers, autant accrocher son petit bien!
    merci pour vos visites chez moi.

    RépondreSupprimer
  10. Encore un comportement bien humain ça. Tout ce qui est à moi est à moi et ce qui est aux autres est négociable !
    Etonnant esprit qui peut être le notre !
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  11. "Lafargue et le chariot volé" nous ferait une beau titre de fable socio-philosophique. Où commence le vol, où finit la débrouillardise...

    RépondreSupprimer
  12. J'ai gardé le lien vers LE DROIT A LA PARESSE pour le relire. Si la propriété c'est le vol alors la maison dont je suis propriétaire je l'ai volée ? Voilà ce que j'ai dit à un collègue de travail qui se disait anarchiste. Bon week end.

    RépondreSupprimer
  13. Situation cocasse en effet...
    Bien vu !!!!
    Etait-ce une provocation qui se voulait simplement humoristique de la part de l'auteur contre notre société de consommation et de "possession" ? Pourquoi pas...
    en tout cas son antivol semble solide... et sa provocation a dû lui coûter cher...
    Posséder le contenu, et le contenant, donc tout... Idée sociétale en voie de développement ????
    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  14. Un fait qui pourrait être considére comme anodin , mais je crois qu'il n'en ai rien pour celui qui l'a fait ..surement pour améliorer son confort ..
    Bonne journéec à toi
    Merci pour tes passages par chez moi

    RépondreSupprimer
  15. Paradoxal, en effet...

    Un tel larcin serait sûrement qualifié d'"incivilité", dans le jargon actuel qui cultive les euphémismes .

    Merci pour le lien!

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour JeanMi, intéressante réflexion autour de cette photo et de cette interrogation sur la propriété .Comment déterminer à partir de quel moment un "bien " nous appartient et , pourquoi cela est possible ? Je crois que le bien existe évidemment dès que l'on achète quelque chose ou que l'on nous offre quelque chose mais qu'un objet occasionnel (comme un caddie) ne nous appartient pas mais nous rend service avant de faire de même quelqu'un d'autre sur cette terre ou , au fond, nous partageons tous le même air !

    RépondreSupprimer
  17. J'ai tendance à rêver de maisons ouvertes, de voitures Pour tous et de caddies sans attaches...

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour écoute je vais travailler je repasse te lire ce soir
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  19. Chapardé ou emprunté. Mais oublié. Sans doute interdit dans le métro.

    RépondreSupprimer
  20. je pense qu'en ressortant du metro, il ou elle remettra son chariot en route! En tout cas en attachant l'objet, il ou elle empeche quelqu'un d'autre de commettre la même "faute", ça c'est de la prévention ou de la charité envers autrui!
    je repasserai lire le "droit à la paresse" car j'avais beaucoup étudié les maîtres des ideologies qu'on nous enseignait dans les années 70/80

    bon weekend
    Angie

    RépondreSupprimer
  21. N'en déplaise à certains, la propriété c'est la liberté. Preuve en est, tous les régimes qui ont mis fin à celle-ci, étaient des dictatures...

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.