Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 7 février 2014

PROMOTION...

Le mois dernier j’ai perçu mes droits d’auteur pour «Étranges nouvelles » mon premier livre, réédité en ligne chez Le Gaulois nomade. En un an j’ai vendu 21 unités pour un résultat net de 9.06 €, la fortune ! Alors quand on me dit que l’édition en ligne se porte bien (oups !?). À cela une seule raison : Pas de promotion. Il ne suffit pas de mettre en ligne un livre, comme un fil de pêche dans le courant de la rivière, encore faut-il le promouvoir. Ce que je fais avec Corsaire éditions, mon autre éditeur, pour mes livres papier "Affaires étranges" ou "Sans Tête" et prochainement "La Pierre de Sang" à savoir : tournées de libraires, séances de dédicaces, salons du livre, etc. Toutes ces actions finissent à la longue par me maintenir dans la moyenne des ventes françaises (entre 500 et 800/an). Cependant, je ne peux le faire avec des "e-books". De plus les éditeurs en ligne manquent d’imagination. Ils pensent qu’il suffit d’avoir un "e-catalogue" et que les ventes se feront automatiquement. ILS SE TROMPENT ! Le livre papier a donc encore de beaux jours devant lui, il manque pour les livres électroniques une vraie post-production.  Cependant il ne suffit pas d’avoir un nom pour vendre du papier, exemples de gamelles pour l’année 2011 :
-          Noël Mamère, La Malédiction des justes, 362 ventes.
-          Christine Boutin & René Frydman, Les Nouvelles Familles , 261 ventes.

Je sais que ce n’est pas gentil de se moquer de ses petits camarades, mais ça fait un bien fou, niark, niark !...

21 commentaires:

  1. je n'arrive pas à prendre plaisir à lire en ligne. Il me faut toucher et sentir le papier loin de ces ondes négatives et du ronronnement de l'ordi..
    j'achète beaucoup mais des recueils de poésie le plus souvent..
    telos

    RépondreSupprimer
  2. Ben voilà pourquoi je ne me casse pas le....sur quoi je suis assise... Quelques lecteurs à qui je fais plaisir sur mes blogs et j'écris ce que je veux comme je veux et pas ce que de supposés lecteurs, supposés acheteurs en grande surface sont supposé aimer... pour toucher en fin d'année une soixantaine d'euros qui ne payent pas le gas-oil dont j'ai besoin pour aller dédicacer dans les courants d'air...
    Il faut avoir un nom pour vendre du papier? et pour avoir un nom, il faut vendre quoi?
    Bonne soirée cher confrère
    P

    RépondreSupprimer
  3. Pour moi rien ne remplacera le livre papier mais la génération suivante inversera peut-être la tendance.

    RépondreSupprimer
  4. Si on écrit pour gagner des pépettes alors c'est au sens propre "La malédiction des justes"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Écrire pour le plaisir, ne pas chercher à gagner de l'argent, certes, mais éviter d'en perdre, mais avant tout pour être lu !...

      Supprimer
  5. Comme beaucoup d'autres j'aurais beaucoup de mal à me passer du livre papier. j'aime son contact, son odeur, ses couleurs, ... Je ne suis pas pressée de passer au livre numérique....
    Au fait Jeanmi, comment vas-tu ? je n'ai pas repris de nouvelles depuis ton intervention chirurgicale et j'espère que tu vas bien et que tu as pu laisser tomber le déambulateur... Quant à ta ressemblance avec une pomme d'arrosoir... J'espère qu'il n'en est rien ;-)
    Bises amicales pour toi :-)

    RépondreSupprimer
  6. Quelques exemplaires vendus en ligne sans pub ou 500 exemplaires vendus après une campagne publicitaire, à mon sens ça se ressemble. En France on lit peu sur liseuse, en Amérique on lit de plus en plus ce dette façon. Il en ira de même dans le reste du monde.

    Le problème est ailleurs. Il se publie 5000 romans par jour dans le monde. Le lecteur moyen ne peut en lire guère plus de 1 par mois et encore, ce n'est pas tout le monde qui lit.

    Seul le temps épure, filtre avec efficacité. Ainsi, vous pourriez devenir riche dans... 200 ans si vos livres sont exceptionnels. Bon courage.

    Bonne chance!

    Grand-Langue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis d'accord avec cette réflexion, en France on lit très peu c'est vrai ! Seul le temps épure et fait surgir les livres exceptionnels, c'est ainsi, les gens ne sont sensible qu'aux histoires 'merveilleuses' atypiques, en tout les cas aux récits qui ne se répètent pas et que l'on a pas déjà lu, il est vrai qu'il faut avoir un nom pour vendre! le livre papier est toujours le plaisir de lire et cela je crois pour longtemps...j'espère.

      Supprimer
  7. Il faut savoir pourquoi : trop de livres sortent et on se retrouve dans la jungle. Pour sortir du lot, il faut être là où les gens passent : c'est pourquoi les supermarchés vendent des livres, on les achète comme on achète sa viande, son fromage, ses légumes.... malheureusement. Par contre, je lis aussi sur mon ordinateur des livres que je n'aurais pas eu le temps d'aller acheter dans la semaine ou dans le mois. Bon courage.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Jeanmi
    Je crois que la production littéraire est plus importante que les livres lus, alors !

    RépondreSupprimer
  9. @ Grande langue : Comme dit précédemment ce n'est pas de devenir riche qui me pousse à écrire, ni mon éditeur à me publier, c'est peut-être le goût de l'enjeu, voir du jeu.
    @ Élisabeth : Les gens passent aussi chez Cultura ou à la FNAC et je n'ai rien contre les supermarchés. Si j'ai besoin d'un conseil sur la fraîcheur d'un poisson je ne vais pas chez le libraire. Mais après tout l'important est d'être lu...
    @ Rouergat : De tous temps la production a dépassé la consommation. Ce sont les éditeurs qui font le barrage. Les grands reçoivent jusqu'à 300 manuscrits / Jour.!

    RépondreSupprimer
  10. Hi Jeanmi.
    So nice of you for following my Tablescapes thanks so much. I wish I could read all your comments on your post..~~ I am your newest follower on your blog now, hoping you and your family have a wonderful week and a wonderful Valentine's Day be happy and always show others your love for them.
    God Bless.

    Diane from Texas.

    RépondreSupprimer
  11. J'ai lu cet article http://www.sukosnotebook.net/2014/02/an-insiders-look-at-indie-publishing.html il y a quelques jours, toute étonnée de découvrir ce mode de publication et ses problèmes. Je ne m'étais encore jamais penchée sur cette question en France. Bon courage !

    RépondreSupprimer
  12. Chic nous allons bientôt croquer ce petit bénéfice 2013 (ça me rappelle un film). En attendant nous descendons dans le Var ces prochains jours. Bonne rééducation !
    Jean Luc

    RépondreSupprimer
  13. c'est tellement du bonheur que d'acheter un livre, de l'ouvrir de le respirer, d'en caresser la couverture et de s'enivrer de son histoire, de le refermer et de le mettre dans une belle bibliothèque pour pouvoir le regarder de temps en temps...

    RépondreSupprimer
  14. Pour moi également, rien ne remplace le livre-papier, son odeur, son image de couverture, son toucher... Toute une promo autour d'un livre en ligne n'y ferait rien en ce qui me concerne. Je ne suis donc guère étonnée par ce que tu avances. Le livre en ligne a un côté beaucoup trop impersonnel par ailleurs. J'aime voir qui écrit un roman, connaître un peu de son histoire, de sa personnalité. Bon rétablissement (j'ai cru comprendre que tu étais en pleine rééducation).

    RépondreSupprimer
  15. bé dis donc tu ne peux pas vivre de tes livres, punaise!

    RépondreSupprimer
  16. dis donc pas facile de vivre de ses livres, à part les blogs que je lis, je préfère cent fois le livre papier, le plaisir n'est pas le même!
    j'aimais bien Michel Simon, c'est sûr qu'il était très branché sexe, mais vu son grand âge, je ne sais pas s'il était encore très actif! lol! kiss

    RépondreSupprimer
  17. Bonsoir cher Jeanmi,
    Je suis contente que tu vas bien, te voilà remis à neuf !
    Tout s'use...
    J'aurai mon tour.
    Tant mieux si le livre papier a encore de l'avenir, je préfère un livre en main que sur le PC,
    Ce n'est pas encore demain que tu feras fortune !
    Le principal c'est la santé.
    Prends bien soin de toi.
    Bonne soirée, bisous.

    RépondreSupprimer
  18. Rien ne remplacera jamais le livre que l'on peut prendre dans les mains, toucher, humer... et rien ne remplacera jamais un éditeur qui se donne du mal pour son auteur.

    Le problème, c'est que même les grands aujourd'hui veulent qu'on fasse notre propre promotion. Ce n'est pas simple... Y a-t-il trop d'auteurs, trop de livres ? Le choix est immense...

    Je suis contente de voir que tu as cependant un bon succès chez ton éditeur. Un jour tu sortiras un best-seller, je n'en doute pas.

    Bonne journée Jeanmi.

    RépondreSupprimer
  19. On m'avait proposé d'éditer une de mes nouvelles sur le net, je vois que j'ai bien fait de refuser.
    Je me contente de participer à quelque concours de temps à autre ...

    A+ JC

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.