Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

lundi 8 juillet 2013

« Ecrire, c’est une façon de parler sans être interrompu... »

… comme le disait ce bon vieux Jules Renard, sauf peut-être par le manque d’inspiration. La difficulté de parler seul étant de rester cohérent avec sa propre pensée, mais surtout avec l’action que l’on relate. Écrire des polars, c’est vouloir raconter des histoires à des adultes, moins naïfs que nos chères têtes blondes, en apparence. Il faut donc être précis. Si l’on décrit un lieu, mieux vaut le connaître ! Dans le roman "blanc" il est toujours possible de faire passer certaines imprécisions sur le compte de la "licence poétique ou littéraire". En revanche le "noir" laisse beaucoup moins de liberté, même si la quasi-totalité des lecteurs n’iront pas vérifier si la pharmacie de la rue de la-poupée-qui-tousse à Guili-sur-le-Bidon est bien en face du numéro trente-trois. Ceux qui lisent le livre et habitent le quartier, se disent : « Il se paye notre tête ! », si ce n’est pas vrai. Il en va de même avec l’Histoire et les anachronismes. Alors si l’on n’est jamais interrompu en écrivant, mieux vaut dire la vérité et la vérifier, puisque chacun sait que le diable se cache dans les détails...

En attendant, lisez  vos polars de l’été : Sans Tête ou : Affaires étranges... ou encore : Étranges nouvelles

33 commentaires:

  1. "bien je ne sois qu'un LECTEUR..."
    Bah... Personne n'est parfait.

    RépondreSupprimer
  2. mais aussi pour tout simplement vivre... Amicalement

    RépondreSupprimer
  3. et voilà pourquoi, je n'arrive jamais à écrire de longs sujets, j'aime tant les vérifications que je m'y noie !

    RépondreSupprimer
  4. Il était évident dans ton petit dernier que tu connaissais bien la Corse!

    RépondreSupprimer
  5. Lorsque je lis, je suis assez indulgente, et effectivement je fais partie des gens qui n'iront pas vérifier sur le terrain ceci ou cela, lol ! Bonne soirée...

    RépondreSupprimer
  6. Réponses
    1. Il faut se méfier de Wikipedia, beaucoup de fausses informations y circulent. Il est utile dans la mesure où l'on recoupe les informations, comme un bon journaliste...

      Supprimer
  7. Le don d'écrire est beau mais je suis comme beaucoup, je préfère lire ou écouter ! bonne soirée

    RépondreSupprimer
  8. un petit bonsoir d'un endroit oú il fait chaud, chaud!
    alors pas trop envie de m'approcher de ce petit diable, car il doit avoir chaud aussi vu sa couleur, mais il a tout de même l'air pas trop méchant
    amicalement
    Angie

    RépondreSupprimer
  9. Le diable se cache dans les détails mais je n'irai pas dans le Connecticut pour vérifier les adresses....heure-bleue...

    RépondreSupprimer
  10. Cela me semble juste ; pour faire du noir, il faut une part de "vrai"...

    RépondreSupprimer
  11. •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰
    J'aime te lire Jeanmi !!! :o)
    GROS BISOUS de Paris
    Bonne continuation !!!!!
    •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰

    RépondreSupprimer
  12. Salut Jeanmi.
    comme tu en parle bien !!! lol
    Merci de tes visites.
    Très bonne journée A + :))

    RépondreSupprimer
  13. il n'y a pas de pharmacie rue de la Poupée qui tousse

    RépondreSupprimer
  14. Pourquoi pas? cet apres-midi je vais justement dans ma petite librairie locale si accueillante pour passer une commande... pour les details je pense pouvoir facilement passer dessus en ce moment, les verifier aurait a me faire me deplacer ce qui est hors de question en ce moment :-)

    RépondreSupprimer
  15. un petit bonsoir en visite en ce vendredi aprés le travail

    je te souhaite un bon weekend Jeanmi
    et de belles pages d'écriture
    et je repasserai bientôt
    amicalement
    Angie

    RépondreSupprimer
  16. Ah ce cher Jules Renard...
    Bel été à toi Jeanmi et toujours succès à tes livres.
    Merci pour le gentil mot de ce matin.

    RépondreSupprimer
  17. La vérité se cache dans les petits détails et c'est à ces moments que je me surprends à aimer ou à détester l'auteur. S'il a bien fait ses devoirs, il devient crédible. Bon weekend JeanMi.

    RépondreSupprimer
  18. Une remarque très juste... sauf si on invente carrément la ville! LOL!
    Il fut un temps ou j'écrivais avec plaisir, mais la photo a pris nettement le dessus!
    Un grand merci pour tes commentaires sympas chez moi je te souhaite un bon dimanche et un très bel été!

    RépondreSupprimer
  19. C'est vrai. J'ai lu récemment un roman (très idiot que l'on m'a offert en m'avertissant du fait qu'il était sans prétention - et il l'était!) "historique" dont on sentait que les détails venaient de Wikipédia: l'auteur, toute fière, expliquait que depuis deux ans, Lord machin avait fait passer la loi du X juillet 18.. qui interdisait, permettait, abolissait... Puis elle expliquait (l'espace de deux lignes car sa pêche miraculeuse s'était vite épuisée) que cette année-là, la mode ... et bla bla bla! Je crois que j'aurais fait mieux en inventant le tout, tout compte fait :-)

    RépondreSupprimer
  20. Je n'aime pas écrire mais j'essaye de lire de plus en plus

    RépondreSupprimer
  21. Bonsoir et merci de ta visite chez moi. Bonne réflexion sur l'écriture. Les détails ne comptent en effet que si l'histoire est dans un lieu précis et ultra connu. Le mieux est peut-être simplement d'inventer. Par contre les historiens n'ont pas droit à l'erreur. Moi j'écris mes quelques mots tous les soirs dans mon p'tit carnet et j'y mets tout c'que j'veux ! Une fois terminé je le jette et j'en prends un autre. En écrivant je me parle à moi même, j'y vois plus clair dans le parcours de ma vie en solitaire.
    Vive l'écriture ...
    Amitiés d'Anniclick

    RépondreSupprimer
  22. C'est certainement ce côté qui colle à la réalité qui me plait dans un polar et je m'en prends conscience grace à votre billet. Du reste, j'achète souvent des polars dont l'action se déroule à Paris. Ceci n'est pas un hasard. Bonne fin de weekend

    RépondreSupprimer
  23. C'est vrai... je n'y avais pas pensé.

    Il y a pourtant une limite. Je crois qu'il n'est pas simple de lire des romans dont les méandres nous obligent à suivre une carte à la main. :)

    Merci en tout cas. J'aime ta façon de parler de l'écriture.

    Passe une douce soirée.

    RépondreSupprimer
  24. Je lis rarement des polars, ou alors plus du style Douglas Kennedy, j'aime bien, ce que j'aime quand je lis c'est l'imagination que je me fais...sans doute pour cela que je suis déçue quand on tourne un film d'après un livre...
    Mon premier vraie beau livre que j'ai lu gamine est Jane Eyre...toute les versons cinéma que j'ai vu, n'ont jamais réussi à reproduire mon imagination...bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  25. Coucou Jeanmi,

    J'aime qu'un livre m'entraîne dans son sillage en motivant mon imagination. Un film ne reproduit pas les mêmes effets puisque les images s'imposent à notre esprit. Parfois, je ne suis pas déçue du film, parfois si. Dans l'ensemble, l'un et l'autre ne peuvent pas se concurrencer.

    Bon lundi,
    Lydia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec la lecture, c'est nous qui menons le casting. C'est notre imagination qui sélectionne les personnages, par rapport à notre vécu. L'auteur ne fait que suggérer par ses descriptions les grandes lignes d'une personnalité ou d'un visage. Je travaille actuellement avec un dessinateur qui tente de faire une BD de "Sans Tête", je suis surpris de voir ma commissaire Fabienne Quinot avec d'autres traits que ceux de mon imagination...

      Supprimer
  26. Beaucoup de choses intéressantes dans ce billet.

    RépondreSupprimer
  27. La majorité des lecteurs n'habite pas dans la rue machin-truc ! Je ne sais pas si cela remet en cause la crédibilité de l'auteur ! Je n'y ai jamais songé je dois dire et s'il m'arrive de me "retrouver" dans un lieu connu et que la description n'est pas pile-poil à l'identique, je me dis que cela a bien changé :)

    RépondreSupprimer

  28. bonjour
    j ai répondu à votre commentaire sur mon blog
    je vous souhaite une bonne journée
    kenavo
    Monica-breiz

    RépondreSupprimer
  29. Alors: j'écris, j'écris, j'écris, pour te souhaiter une bonne fin de soirée

    RépondreSupprimer
  30. écrire ne laisse pas de doute sur notre trajectoire ...
    avec le recul indiscutable que cela permet...
    on se voit aussi bien gravir les marches de la connaissance, de la bienveillance, de l'utilité, de la vérité...
    que les dégringoler...
    il faut donc beaucoup de courage ou d'inconscience vénale pour s'y adonner... avec ou sans talent!

    RépondreSupprimer
  31. Je n'irai pas vérifier si un endroit ne correspond pas à la description faite dans un ouvrage, personnellement ^^

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.