Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 29 décembre 2017

Hitler pas mort...

Autriche, Pologne, Hongrie, que faire face à la banalisation de l’extrême droite en Europe ?
Pour la chercheuse Anaïs Voy-Gillis, la ″banalisation″ de l’extrême droite en Europe centrale invite l’UE à se remettre en cause et proposer un nouveau projet. Il faut dire que l’Europe que nous ont bidouillé les technocrates n’a rien de très sexy, rien qui provoque l’enthousiasme des foules. De plus en plus l’inclusion des anciens pays de l’Est peu habitués à la démocratie, apparaît comme une gigantesque imbécillité.  Si les Français ont la mémoire courte, on peut dire que les Européens aussi. Nous savons où mène l’extrême droite et nous y allons tout droit, maréchal nous voilà ! Certains crétins vont jusqu’à dire que nous aurions besoin d’une ″bonne guerre″ pour nous remettre les idées en place ! Mais il n’y a pas de bonne guerre, pauvres taches ! elles sont toutes épouvantables. On y broie en priorité la fine fleur de la jeunesse, puis viennent les populations civiles que l’on écrase sous les bombes. Les leçons de l’Histoire ne servent à RIEN ! « Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde ».  Brecht, lui savait, il nous l’a dit, il nous l’a même hurlé et nous continuons à faire la sourde oreille. L’Europe telle qu’elle est aujourd’hui est un échec, sauf pour certains. Nous avons tous payé pour les paysans d’Europe de l’Est, c’est l’UE qui a modernisé leur pays et maintenant, ils refusent nos valeurs démocratiques ? Ah les cons !

4 commentaires:

  1. Finalement, en quittant cette Europe-là, les Anglais n'ont-ils pas été visionnaires ?

    RépondreSupprimer
  2. Hélas les leçons de l'histoire n'ont jamais servis à
    quoi que ce soit. C'est désespérant. Tu as raison de citer
    Brecht . Bon week-end quand même. ELZA

    RépondreSupprimer
  3. Vu de l'extérieur, l'UE n'a pas du tout l'air d'un échec. Elle a ses problèmes, bien sûr, et certains sont vachement importants. La montée de l'extrême-droite est certainement l'un de ces problèmes. Mais… cette montée-là, on l'a vue en France, en Allemagne aussi, en Espagne très certainement… Il faut se demander si l'UE, finalement, ne permet pas de faire contrepoids jusqu'à un certain point à cet extrémisme.

    Les pays européens, isolés, ne seront rien face aux géants économiques américain et chinois, et bientôt indien. Le morcellement ne serait pas une bonne chose.

    Le problème que tu soulèves, par ailleurs, est majeur : que faire avec ces pays de l'Europe de l'Est dont la démocratie est pour le moins fragile ? Je n'ai pas de réponse à cette question, mais je suis persuadé que ce n'est pas en détruisant l'UE qu'on les règlera. Mais ce n'est que l'opinion de quelqu'un qui voit la chose de l'extérieur.

    RépondreSupprimer
  4. Une réalité fort inquiétante. Réformer l'Europe s'impose avant que ces pays où l'extrémisme de droite se développe ne détruise cette paix si durement préservée.
    J'ai apprécié ton sympathique message dans ma tanière où Bach s'était invité mais Mozart reste l'une de mes idoles
    Bonnes fêtes à venir

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.