Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 2 juin 2017

Tatouages: Grrrrr...


Une observation instantanée, sur la plage : 50 % des hommes et des femmes de 18 à 50 ans sont tatoués. Alors là nous avons un échantillonnage complet du mauvais goût (ce qui est la chose la mieux partagée dans le monde). Il y de tout, du tatouage carcéral, du légionnaire, au marin en passant par le pseudo artistique ou décoratif. De pauvre gamines voulant un aigle obtiennent un volatile tenant plus du poulet plumé que du rapace. Vous me direz que ce ne sont que ceux qui vont à la plage que je vois. Il faut bien montrer son corps et l’investissement artistique que l’on a fait ! Je me dis toujours que dans ce domaine le repentir n’est pas possible ou à quel prix ! On me dit : « Mais ce n’est qu’une mode ! ». Certes mais ceux qui ont 20 ans aujourd’hui seront encore là dans 50 ans et leurs tatouages toujours avec eux. Cela me rappelle Bernadotte qui en pleine révolution s’était fait tatouer ″MORT AU ROI″ sur la poitrine et qui fut, plus tard, le fondateur de la dynastie royale suédoise actuelle, sous le nom de Charles XIV. Dynastie toujours sur le trône à Stockholm. J’imagine qu’il se cachait de sa femme, la reine, pour prendre sa douche ! Se faire tatouer le nom de sa bien-aimée, c’est bien ! Mais il vaut mieux le faire à 95 ans, le risque est moins grand d’un changement de dulcinée. Ah les cons…

10 commentaires:

  1. Je tiens à ma peau, j'avoue, je n'ai rien tracé d'indélébile sur moi ;) mais je vois parfois, même si cela reste rare, quelques beaux tatouages et qui ont du sens pour les personnes qui les ont fait faire...

    RépondreSupprimer
  2. A 95 ans on peut tenir en compte les plis de la peau pour tatouer un aigle, alors que plus tôt il faut, en raison du vieillissement prévisible,dessiner une forteresse volante qui se ratatinera avec le bonhomme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi !En forme ce matin Manouche...

      Supprimer
  3. Il fut un temps lointain où le tatouage était un signe d'appartenance clanique, tribal, institutionnel.
    Maintenant, c'est devenu une mode qui passera, sans doute, aussi vite qu'elle a fleuri. Et moi ça m'arrange, parce que 6 mois d'attente pour avoir un rendez-vous chez le tatoueur, c'est long, trèèèèès long !
    J'ai quelques jolis dessins sur mon vieux corps d'athlète flétri dont je suis plutôt fier (des tatouages, pas du corps !!!).

    RépondreSupprimer
  4. l'essentiel c'est de rester dans le COUP.
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
  5. Le seul tatoué que je fréquente, c'est Virgile, le
    gros et grand velu ( d'origine norvégienne, paraît-il ).
    Il a un numéro dans chaque oreille. Le tatoueur-vétérinaire
    a cru sans doute, avoir fait un mauvais travail et il a
    recommencé de l'autre côté de la tête. Bref, ... j'ai beau
    fouiller dans mes souvenirs... non je n'ai jamais rencontré
    un tatoué . Je me souviens que dans les années 68, on se
    faisait des faux tatouages, qui partaient facilement.
    Et je me demande si ceux que l'on vois aujourd'hui ,( entre
    autres sur les plages) sont tous permanents ? Jeanmi pourquoi ne vas-tu pas demander à quelque belle minette,
    si celui qui la décore , est un vrai ou un faux ? en voilà
    un bon prétexte pour faire connaissance. Bon week-end . ELZA

    RépondreSupprimer
  6. Et que dire de ceux qui se font tatouer prénom de l'être aimé pour la vie quand on sait que le "pour toujours" ne dure souvent qu'au mieux quelques années.

    RépondreSupprimer
  7. Il en faut pour tous les goûts ..... enfin dans certaines situations cela peut être plus distrayant que de regarder le papier peint .

    RépondreSupprimer
  8. Tu vois Jeanmi, cette histoire est un sujet passionnant.
    Je viens de trouver dans ma bibliothèque deux ouvrages
    que l'on doit pouvoir se procurer ( avec un peu de chance ), chez des bouquinistes :
    " Corps décorés " par Victoria Ebin, aux Ed du Chène. Et
    " Tatoos " par Henk Schiffmacher, Ed Taschen. Le premier
    traite essentiellement de l'aspect tribal, ou des rituels
    et l'autre ( avec quantité de photos) en parle également,
    mais montre surtout les tatouages les plus extraordinaires.
    Grâce à tes observations de plage, me voilà plongée à nouveau dans un sujet très vaste. Bon lundi ELZA

    RépondreSupprimer
  9. Oui, je suis assez sceptique sur l'aspect du bien être dans le fait de porter un tatouage sur la peau. Certaines personnes ont des problèmes de peau par la suite. Pour ce qui est de se faire un tatouage , ce n'est pas du tout mon truc !!

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.