Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 17 juin 2016

Touche pas à mon flic !

Mais dans quel monde vivons-nous ? Voilà que maintenant les extrémistes de tous poils s’attaquent directement, non seulement à ceux qui sont sensés nous protéger, mais en plus à leur famille. Qui les protégera, nous peut-être ? Alors il va falloir nous armer pour les défendre ! Entre la lutte contre les crétins alcoolisés qui se battent et détruisent tout sur leur passage après les matchs de foot, les décérébrés abrutis de coran (ça saoule autant que la vodka) qui visent rien de moins que de convertir de force l’occident ″dépravé″ et les ultra gauchistes qui, comme les premiers et pour symboliser leur dégoût de la société libérale en détruisent tous les totems, à commencer par les abris de bus et même les hôpitaux pour enfants (tu parles d’un acte révolutionnaire, la Bastille c’était aut’chose !) ; il y a de quoi rendre sa plaque de police et chercher un emploi de garde champêtre à Trifouilli-la-bataille. Quoi que même en rase campagne les voleurs de truffes, les braconniers et les propriétaires se tirent dessus comme sur des lapins. Plus sérieusement le risque dans une telle situation chaotique, c’est que des milices d’autodéfense se forment et que les vieux fusils de chasse sortent des granges, alors là nous serions à l’orée d’une guerre civile. Mon seul espoir, aux vues de notre capacité à gérer des situations de crise, c’est que nous échappions aux J.O. Ah les cons !

6 commentaires:

  1. Que penser de l'avenir de cet enfant de policiers "réfugié" à Necker au moment des caillassages ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous vivons dans un monde où nous perdons certaines valeurs humanistes. Même pendant les deux guerres mondiales les belligérants respectaient les hôpitaux. On ne tire pas sur les ambulances. Le Martinez à la moustache stalinienne ne pouvait-il pas dire qu'il s'excusait ? De toute façon nous arrivons à la fin d'un cycle et l'avenir me semble bien noir pour mes petits-fils, même si le pire n'est jamais sûr...

      Supprimer
  2. Il y a des jours où l'humanité me donne envie de me mettre la tête dans le sable… et le reste aussi !
    Sinon : ah les cons ! le plus beau slogan depuis alea jacta est !

    RépondreSupprimer
  3. « Ah les cons ! » Désespérant. Et comme si vous n'aviez déjà pas assez de problèmes, voilà que les Russes abrutis par l'alcool se mettent de la partie. Et les rosbifs qui ne sont pas loin derrière non plus. Mais les Russes… Si dans leur cas on disait « Mort au cons ! », le pays serait en grave danger !

    Mais vos manifs et vos grèves sont en train de faire toute une réputation à la France. Ma fille qui revient de France se compte chanceuse d'avoir échappé de peu à une grève chez Air France et à une autre aux chemins de fer. De très peu, mais elle a pris ça avec philosophie.

    Après tout, si on ne vous aimait pas, on n'irait pas vous voir si souvent ! :-) Nous y serons en septembre-octobre, surtout dans la région de Nantes, la Loire, la Bretagne, peut-être un saut sur Paris !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai parfois, souvent l'impression de ne plus faire partie de ce monde.

    RépondreSupprimer
  5. Depuis une trentaine d'années tout est devenu différent.
    Que ce soit social, politique, humaniste, climatique. Plus
    rien n'est pareil. Et nous devons faire avec. Se préserver,
    aller vers ce qui est harmonieux, amical, positif. Puisqu'il
    faut continuer de vivre, essayons malgré tout ,de rester nous- même ,sans se laisser manipuler. Voilà ce que je pense et c'est vraiment personnel. Rester soi-même... c'est peut-être ce qui est le plus difficile ? Donc, Roger Gauthier,
    venez nous voir, car il y a dans nos villes ( y compris
    Paris) de multiples belles choses à découvrir. Et encore
    de multiples gens sympas !! Amitiés à tous. ELZA

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.