Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 24 juin 2016

Nouvelle Europe

Nous sentons bien que nous sommes à un tournant de l'histoire de l'Humanité.
La Grande Bretagne vient de faire un pied de nez à la construction Européenne. Les cartes sont rebattues et je pense que cette Europe des technocrates va s'effondrer sur elle-même, d’autres pays vont suivre.

C'est probablement l'opportunité de reconstruire une véritable communauté fédérale à 12, pas plus. Attendons au moins une génération que cette nouvelle structure soit consolidée avant d’y intégrer pendant une autre génération d’autres pays. Ceci impliquera une perte de souveraineté pour chacun des membres, mais un fantastique espoir d’un renouveau politique. C'est précisément l'occasion de nous mettre la rate au court-bouillon pour envisager de façon franco-Française une société plus juste et mieux éclairée. Nous sentons bien que spontanément les peuples aspirent à d'autres formes de gouvernements. Nous voyons se développer sous nos yeux et indépendamment des structures politiques classiques des communautés numériques, des initiatives citoyennes, des économies collaboratives. Les syndicats (CGT en tête), les partis politiques ont intérêt à faire leur révolution culturelle s’ils ne veulent pas rester des coquilles vides après une hémorragie de militants. Finalement ce coup de tonner dans un ciel gris Européen est certainement la meilleure chose qui puisse arriver en ce moment. 

9 commentaires:

  1. Plutôt que dénigrer nos meilleurs ennemis, il serait avant tout intelligent d'applaudir leur manière d'appliquer la démocratie. Encore une fois, ils ont tiré les premiers !
    Serions-nous, fiers Gaulois, capables d'une telle initiative ? Nous qui sommes si attachés à nos petits privilèges corporatistes et séculaires !
    Ce qui me rassure quand même, c'est que Patrick Balkany sera de nouveau candidat aux prochaines législatives ! Comme dit l'autre : « Le changement, c'est maintenant ! »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que nos amis Anglais n'échappent pas à la règle universelle des référendums. Dans ce type de consultation on ne répond JAMAIS à la question posée, mais on cristallise sur le NON toutes les frustrations des laissés pour compte de la société libérale. Souvenons nous du référendum sur la régionalisation proposé par le grand Charles. Elle s'est faite sans lui, plus tard, mais les Français en avaient marre de sa trombine et ont largement votés NON pour qu'il s'en aille...

      Supprimer
  2. Bonjour,
    N'y a t'il pas un paradoxe dans le propos : "... Ceci impliquera une perte de souveraineté pour chacun des membres..;" et "... pour envisager de façon franco-Française une société plus juste et mieux éclairée..."
    Je frémis quand je vous vois aborder les sujets comme TAFTA ou TTIP (économies collaboratives) qui ne sont qu'un abus des U.S.A. sur les autres pays...
    Nous autres Français répétons inlassablement "le peuple dirigé par le peuple, et nous courbons l'échine lorsqu'on détourne nos "non" en "oui"...
    Nous sommes prisonniers d'un fantasme ; et nous ne voulons pas en sortir...

    RépondreSupprimer
  3. Pas plus de douze mais enfin avec des objectifs humanistes avant d'être commerciaux.

    RépondreSupprimer
  4. J'avoue ne pas me risquer à parier sur l'avenir, mais en tout cas, j'espère que l'Europe trouvera sa voie.
    Une Europe à 12 qui la veulent vraiment... Oui, sans aucun doute, mais pas avec du chacun pour soi.
    Passe une douce journée Jeanmi. J'aime bien tes réflexions du jour.

    RépondreSupprimer
  5. Ah, l'Europe, la belle utopie ! Mais comment on la refond, cette putain d'Europe ? Uniformisation des systèmes sociaux, des taux d'imposition, des lois sur le travail, des normes environnementales ?… On peut prendre le problème par tous les bouts, on arrive toujours à une impasse.
    En plus, chacun y va de ses petits intérêts personnels. Rappelons-nous que dans les années 90, l'Europe avait décidé de construire une avion de combat commun. La France avait refusé, préférant financer le fameux Rafale de M. Dassault… sénateur de 94 ans dont la fortune est estimée à 17,5 milliards d'euros.
    Comme tous les fruits pourris, l'Europe finira par s'écraser par terre !

    RépondreSupprimer
  6. oubli majeur !
    Ah les cons ...
    mais au fait qui sont ils ?

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.