Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 20 mai 2016

Droit de cuissage

Je ne suis pas très fier ces derniers temps d’être un homme. Si le pouvoir corrompt, il n’implique pas, en plus, obligatoirement de se comporter comme un salaud auprès des femmes ! Bon, c’est vrai qu’avec la tête de Baupin, les succès féminins spontanés ne doivent pas être légion, alors il force un peu le destin. Plus largement on en revient toujours au fait que les grands élus sont coupés du monde réel. Ils se sentent investis de tous les droits dont celui de cuissage (dont on ne retrouve aucune trace dans le droit positif français). C’est d’autant plus lâche qu’ils savent que les victimes seront muettes. Pour le moment on ne parle que du monde politique, qu’en est-il dans les entreprises ?
Si les femmes politiques osent parler, c’est qu’elles sont en position de pouvoir le faire sans trop de dégâts sur leurs carrières. Cependant qu’en est-il pour le personnel féminin hospitalier, les fonctionnaires, les PME ou les multinationales ? Oh la réponse est simple, elles se taisent la plupart du temps. Très curieusement il n’y a que sainte Boutin qui semble défendre les hommes, les vrais, les tatoués, les velus, probablement une frustration de ne pas avoir été harcelée plus souvent ? Ah les cons !

8 commentaires:

  1. Le plus "marrant" dans cette affaire, c'est d'entendre tous ces hommes politiques s'offusquer du sort que réservent les musulmans à leurs femmes !
    C'est comment déjà cette maxime ? : « Balaie devant ta porte… »
    Pas fier non plus !…

    RépondreSupprimer
  2. "Si les femmes politiques osent parler, c’est qu’elles sont en position de pouvoir le faire sans trop de dégâts sur leurs carrières " .
    Des femmes politiques élues pour défendre ou proposer des lois , devenant muettes lorsqu'elles sont elles -même victimes ? N'y a -t'-il pas une certaine incohérence ? pour ne pas perturber sa carrière ? j'ai beaucoup de mal à leur trouver une excuse .

    RépondreSupprimer
  3. Délicieuse époque où à défaut d'innover dans le bon sens on redécouvre dans tous les domaines les vielles casseroles bien dégue...

    RépondreSupprimer
  4. Juste avant de rejoindre ma couette ( et mon chat qui s'y
    trouve déjà ) je viens de vous lire tous. Bon... il n'y a pas que dans le domaine politique que les mains masculines sont baladeuses . Je ne veux pas entrer dans le vif de ce sujet , car il y aurait beaucoup à raconter. Dans le boulot,
    dans les transports etc... etc... et puis un beau jour, on
    devient une vieille dame , et les mains ne sont plus baladeuses, mais parfois ( dans le meilleur des cas ) on
    vous tient la porte ouverte, ou on ramasse votre canne qui vient de tomber. Non... non... je ne suis pas nostalgique !!
    Bonne nuit. ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La question est : ne peut-on pas tenir la porte à une jeune femme, ou ramasser un ustensile qu'elle aurait laisser tomber ? On appelle(ait) ça la galanterie.

      Supprimer
  5. Certes ! mais entre galanterie et main au valseur, il y a quand-même une marge. Cela dit ne tombons pas dans l’excès inverse américain qui interdit à un homme de prendre un ascenseur où une femme seule se trouve. En toute chose la voie du milieu est la bonne. Le plus difficile est de la trouver...

    RépondreSupprimer
  6. Ah je me disais que tu n'allais pas laisser passer cette info

    RépondreSupprimer
  7. Non Jeanmi aucun danger que cette histoire d'ascenseur
    se passe en France. Depuis quelque temps nous avons une
    pub pour un parfum ( je ne sais plus lequel ) qui utilise
    justement l'ascenseur . Pas encore de censure... heureusement. Et puis tout se passe uniquement dans la tête !! J'imagine que cette pub ne passe pas aux USA . Quelqu'un
    se souvient de quel parfum il s'agit ? simple curiosité...
    BONNE SEMAINE; elza

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.