Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 26 février 2016

Corse pays ami ?...

Ça y est nous sommes un pays ami de la Corse, il ne nous manquait plus que ça ! Mais les Français sont-ils les amis des Corses ? Personnellement je suis pour l’indépendance de cette île qui, dans son histoire, ne nous a pas apporté que des bienfaits. Même si certains prétendent que c’est à un petit Corse que nous devons notre code civil, n’oublions pas qu’il a fait massacrer la moitié de l’Europe et rétabli l’esclavage que la 1ère République avait aboli. Ah si le Nabot-Léon avait été meilleur en cosmogonie, il aurait réussi le concours pour embarquer comme scientifique avec Jean-François de La Pérouse sur La Boussole ou avec Paul Fleuriot de Langle sur L’Astrolabe et aurait fini noyé sur les récifs des îles Salomon. Alors la France se serait économisé le sang de la fine fleur de sa jeunesse. S’il y avait en France un référendum sur l’indépendance de la Corse, je suis persuadé qu’une majorité voterait OUI, dont moi. Combien nous coûte-t-elle ? Dans cette perspective favorable, il faudrait leur rendre les cendres de leur ″petit-grand-homme″ nous pourrions y mettre celles du gentil Cabu qui lui n’a tué personne. Et je n’oublie pas qu’ils nous ont assassiné un préfet de la République, ah les cons ! 

12 commentaires:

  1. La semaine dernière : le petit Nicolas. Aujourd'hui : Nabot-Léon. Tu t'entraînes pour le concours de lancer de nains ?!?!?
    (sinon : entraîner, avec ^ ou pas !!!!!)

    RépondreSupprimer
  2. Je suis un irréductible du chapeau et don l'accent circonflexe. Peut-être même l'occasion de fonder un club des amis du chapeau les lettres...

    RépondreSupprimer
  3. Je pense que ce n'est pas tant que nos gouvernants ne laisseraient pas tomber la Corse.
    0,5% de la population, plus de 90% des inscrits au fichier du grand banditisme, c'est pas une affaire.
    Mais je pense que les états autour craignent de voir naître un narco-état à côté de chez eux...

    RépondreSupprimer
  4. Voilà un sujet qui me plait beaucoup !! ça me rappelle certains repas en famille, avec mon père qui haïssait le
    nabot-Léon et une de mes tantes qui lui vouait une admiration sans limite. Et nous, les plus jeunes, on
    déclenchaient la bagarre, mine de rien ! des insultes à
    qui mieux, et si les assiettes ne volaient pas à travers
    la table, souvent un des deux protagonistes se levait
    et quittait la pièce. C'était très réjouissant, et le
    nabot-Léon avait réussi à rendre un repas de famille
    moins monotone que d'habitude. Merci Jeanmi ( et même
    merci à la Corse ) de m'avoir remis en mémoire cette
    anecdote de jeunesse. Ah... au fait, moi aussi je hais
    le nabot. ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme beaucoup d'ados, j'étais un admirateur inconditionnel du nabot. J'ai toujours dans ma cave une collection de biographies sur lui. Adulte je me suis fait une autre République...

      Supprimer
  5. Mais bel esprit de famille le Napo ! J'avoue que j'apprécie l'hospitalité corse de mes amis mais ne cautionne nullement leur façon de gérer les problèmes de ce territoire républicain français .
    A qui la faute ?

    RépondreSupprimer
  6. La Corse ? mais y a pas de problème corse
    il n'y a qu'une culture violente et intolérante reprise comme un étendard de leur indépendance ... d'esprit.
    L'état français ne lâchera jamais la Corse géographiquement.
    Pour le pseudo peuple corse, c'est une autre vision qui est à l'oeuvre. Il y belle lurette que les hommes politiques et les institutions ont lâché la bride tout en surveillant leurs "excès" humains ... mortifères !

    RépondreSupprimer
  7. Je ne connais votre problème corse que de loin. Le préfet, c'est Érignac, dont les tueurs sont en taule ?

    Napoléon, j'ai jamais pu blairer. Trop de désastres, trop de sang, trop de morts, en fin de compte pour rien. Et de toute façon, comment justifier ?

    On nous dit ici que la Corse est fortement criminalisée, plus que jamais en fait. Et qu'en plus, elle devient de plus en plus raciste. Mais pour nous, il est difficile de savoir vraiment. J'aime bien ton coup de gueule et les commentaires ci-dessus./

    RépondreSupprimer
  8. Et je trouve dommage d'ailleurs que Renaud milite à ce point pour la libération de l'assassin du préfet.......

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.