Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 15 mai 2015

Sophie

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.


V. Hugo (quelques vers pour ma fille)

31 commentaires:

  1. Emotion, chagrin, tristesse.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  2. Une chaleureuse pensée pour toi...

    RépondreSupprimer
  3. Difficile de consoler sa peine... Je comprends...
    GROS BISOUS Jeanmi

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour JeanMi, une pensée particulière pour toi . Je ne pense pas que d'autres mots puissent convenir .Un bel hommage que d'avoir choisi ce poème du grand Victor Hugo qu'elle est allée rejoindre ...

    RépondreSupprimer
  5. Une pensée pour toi, en ce jour comme en d'autres moments...

    RépondreSupprimer
  6. Un poète, un très grand talent, qui a su traduire l'indicible, sans doute pour l'avoir éprouvé lui-même.

    RépondreSupprimer
  7. Très beau poème qui exprime tellement bien
    l'inexprimable !! Etant mère et grand-mère je
    peux bien ressentir ta peine. Dis-toi bien que
    le temps n'y fera rien. Ta fille sera toujours
    présente dans ton coeur et tes pensées.C '
    est comme ça. Mais si la créativité s'est
    échappé pour l'instant, elle reviendra un
    jour. Tout à coup. Tu vas à nouveau écrire.
    D'autres choses sans doute. Pour tes
    petits enfants, peut-être. Il y a tant d'
    émotions à exprimer, avec une pareille
    épreuve. Je t'embrasse avec amitié. A
    plus tard. ELZA

    RépondreSupprimer
  8. le temps d'aimer n'a-t-il que le temps de la vie ? Chacun de nous a la bonne réponse.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Jeanmi
    Je suis de tout coeur avec toi ..

    RépondreSupprimer
  10. Quel beau poème... Les étapes du deuil, là, écrits avec la plume du coeur. Je pense souvent à toi et à ce chagrin et solitude immense que tu vis. à l'intérieur Que dire de plus... Mes pensées sont avec toi xxx

    RépondreSupprimer
  11. C'est vraiment le plus grand malheur qui puisse arriver à un parent.

    RépondreSupprimer
  12. Bel hommage... Nos disparus aimés sont toujours dans nos coeurs tant que nous sommes là...

    RépondreSupprimer
  13. Je ne pensais pas être si émue par ton billet du jour...
    Mes pensées pour toi, Jeanmi... c'est terrible de perdre un enfant.

    Si tu me le permets, je t'embrasse très fort.
    Prends bien soin de toi.

    RépondreSupprimer
  14. Quelle peine tu as Pierre! Je suis de tout coeur avec toi., c'est une épreuve terrible. Gros bisous et je te souhaite plein de courage pour traverser ce gros nuage .

    RépondreSupprimer
  15. Un poème incontournable...même si la famille n'a pas été touchée
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
  16. Un poème douloureux et très touchant, on ne peut rester insensible. Bon mardi !

    RépondreSupprimer
  17. Que c'est joliment dit.
    Merci d'être passé sur mes écrits.

    RépondreSupprimer
  18. Aucune parole ne peu effacer la douleur, au mieux l'adoucir un peu..
    Terrible quand l'ordre des choses est inversé.
    Amitié.

    RépondreSupprimer
  19. Un poète engagé, beaucoup éprouvé dans sa vie familiale , et qui a trouvé les mots sobres et émouvants s'adressant à tous ceux qui , comme lui , ont souffert et souffrent.

    RépondreSupprimer
  20. BONSOIR et bien je ne sais pas quoi te dire tu t'en doutes*
    Et que de tristesse pour ta fille*
    Ce poème fait mal la douleur aussi*
    Je suis avec toi tu sais et dans ces moments on se sent si fragile si faible aussi*
    La vie peut être belle mais tellement triste quand ce bonheur n'est plus de la partie et que les personnes que nous aimions partent
    Je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
  21. Je ne sais que dire, juste imaginer cette terrible souffrance, vous devez rester debout pour vos petits enfants...

    RépondreSupprimer
  22. Bonsoir Jeanmi. C'est avec beaucoup de tristesse que je découvre que tu vis le pire des malheurs. Les mots sont vains je le sais, mais je t'envoie d'amicales pensées qui associées à d'autres sauront peut-être alléger ta peine.

    RépondreSupprimer
  23. Il faut beaucoup de courage pour tenir le choc. Je vous présente mes condoléances attristées.

    RépondreSupprimer
  24. Je reviens par hasard sur ton blog, pour découvrir ce billet bouleversant... Je ne peux que, symboliquement, te serrer dans mes bras sans rien dire. Seul le temps efface les tempêtes...

    Courage et condoléances très sincères

    RépondreSupprimer
  25. J'aime beaucoup ce poème, malgré la douleur, c'est un rendez-vous d'amour...Je l'ai appris par coeur et chanté...Ceux que nous aimons vivent au plus profond de nous...Le ressentir n'enlève pas la souffrnace mais aide à tenir debout

    RépondreSupprimer
  26. Magnifique hommage! Encore un chef d'oeuvre de Victor Hugo...

    RépondreSupprimer
  27. Toute mon amitié dans cette épreuve tragique. Il n'y a pas de mots, ils sont vains, pour traduire ma pensée. Victor Hugo avait le talent que je n'ai pas.
    Que l'absence est rude, et que le vide est difficile à combler.
    Même si je ne te connais pas, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  28. Perdre un enfant, c'est perdre une partie intime de soi et cela ne se répare pas.
    Bel hommage d'un grand maître ...
    Avec retard, recevez mes condoléances émues.

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.