Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 25 juillet 2014

Tueur de libraires

La loi anti-Amazon est déjà obsolète, la livraison à 1 centime la contourne.
Législation : La gratuité des livraisons de livres en France est interdite. Qu’importe, Amazon, encore lui a déjà la parade : son programme Premium incluant la gratuité des frais de port échappe à la loi et pour les autres livraisons, elles seront facturées 1 centime. Ah ça n’est pas gratuit, certes non !
Votée au Parlement fin juin et entrée en application depuis quelques jours, la loi présentée comme anti-Amazon s’avère comme attendu inefficace à équilibrer la concurrence entre le géant américain et les libraires indépendants. La lutte entre le glaive et le bouclier continue…
Pour rappel, le principe instauré par la loi interdit désormais aux vendeurs, et en particulier les e-commerçants, de cumuler la remise de 5% sur le livre et la gratuité des frais de port. Mais tout en critiquant le texte adopté par les députés, l’e-commerçant réfléchissait déjà à la parade.

En raison de sa taille, Amazon est en mesure de négocier des prix serrés avec les transporteurs, ce qui lui permet d'offrir, ou presque, les livraisons. Avec des volumes bien moindres, les libraires eux ne sont pas en mesure de rivaliser. Et la loi n'impose pas aux consommateurs de se rendre physiquement chez un libraire et d'y acheter des livres. Par ailleurs, depuis 2009, la consommation de livres par ménage est en net recul. Lire demande un effort et notre monde ne nous y incite pas bien au contraire. M’en fout, je continue d’écrire sans me demande "pour qui ?"

21 commentaires:

  1. T'as raison mon gars, continue.
    Quel pied de nez ce 0,01 ! Amazon
    se fout du monde...
    de nos gentils libraires.

    RépondreSupprimer
  2. Pour me rendre physiquement chez mon libraire que j'aime et respecte, il me faut faire 30km aller et 30Km retour; sans compter qu'il ne dispose pas forcément du volume dont j'ai besoin et qu'il doit commander. Et donc quand la commande arrive, c'est à nouveau 60km pour aller la chercher et je ne parle pas du temps consommé.
    Si je me sers chez Chapitre (qui de plus me donne souvent le choix entre volume neuf et volume d'occasion) j'ai le bouquin dans ma boîte aux lettres au maximum 48heures après la commande et sans frais de port...
    Evidemment, le citadin lui, n'a qu'à cirer ses chaussures (s'il y tient) pour se rendre chez son libraire alors que le rural est pénalisé. La gratuité du port rétablit une certaine justice envers le lecteur rural qui a d'autres avantages me direz-vous... avantages qui tendent à s'estomper tant le citadin qui vient, contraint par les prix de l'immobilier, s'installer à la campagne se fait un devoir de transformer la campagne en banlieue urbaine..

    RépondreSupprimer
  3. Entièrement d'accord avec vous ! Cependant on entre dans la spirale perverse : Pas de librairie en zone rurale d'où le développement d'Amazon et corrélativement disparition des libraires indépendants. De plus Amazon commence à s’intéresser à l'édition, demain il dictera sa ligne éditoriale à quelques-uns de ses poulains, qui ne feront que du "qui-se-vend-bien". Que deviendra la création ? Nous sommes déjà gentiment incités par nos éditeurs à écrire du : " dans le vent"...

    RépondreSupprimer
  4. Mais oui! J'avais un éditeur... qui ne prenait pas la peine de lire autre prose que celle concernant l'Eure et Loir...ou la région Centre à la rigueur quand il était en mal d'exotisme...Les "imbéciles heureux qui sont nés quelque part" disait Brassens...
    Les libraires, s'ils veulent vivre, doivent devenir des lieux d'échange et de rencontres où on achète un livre au coup de coeur et d'ailleurs bien avant Internet, j'ai toujours prvilégié les libraires chez qui on pouvait bavarder. Je songe à une librairie en particulier, à l'angle de la rue Marbeuf et de la rue François 1° (inutile de la chercher, elle n'y est plus) ; il y avait là une équipe formidable à qui je dois bien des découvertes, la sf et le fantastique entre autres qui étaient loin de mes préoccupations d'alors et un roman "La Fête du Maïs" de Thomas Tryon qui a été pour moi fondateur.
    On trouve rarement des libraires aussi attentifs à la personnalité de leurs lecteurs. Ils prescrivent, ce qu'ils ont aimé qui n'est pas forcément ce qu'on aime...
    Ma libraire de Dreux, crée régulièrement l' évènement. Elle fait venir des écrivains, organise des soirées lectures à thème et après-midi de contes. J'y prends une part active; c'est ma contribution à l'aide aux libraires et la pénitence (qui n'en est pas une) pour la faute de commander parfois chez Chapitre (Amazon, jamais!)

    RépondreSupprimer
  5. Oui, continue... Je ne boude pas Amazon, qui me permet d'obtenir des livres d'occasion que l'on a souvent du mal à trouver autrement... Je ne délaisse pas pour autant les libraires... mais nombreux sont ceux qui oublient la plus-value qui leur reste : le conseil au lecteur perdu dans la foule des publications, ou curieux... C'est la disparition de cette relation qui m'a aussi poussé vers les achats en ligne.

    RépondreSupprimer
  6. Ils se fichent vraiment de nous avec leur centime... Aux USA, la réussite internationale d'Amazon est sujet de fierté. Ils ne comprennent même pas pourquoi on peut critiquer une telle réussite : quand on marche dans l'herbe, on écrase forcément des insectes...

    RépondreSupprimer
  7. I ´ve just come here to give you a kiss ( or two).

    RépondreSupprimer
  8. Et moi qui continue à acheter mes livres chez mon libraire... j'en sors encore aujourd'hui ;-)
    M'en fiche d'Amazon, je préfère me promener au milieu des livres et sortir avec mes piles dans mon sac, nez au vent, réjouie par avance de ce qui m'attend en rentrant.
    Bon we !

    RépondreSupprimer
  9. Je pense qu'il sera de plus en plus dur de vendre ses oeuvres. Déjà le choix est immense, il y a tellement de productions de valeur ou non, et puis en effet les gens s'instruisent de moins en moins. Je lis beaucoup mais je n'achète pratiquement plus de livres que ce soit sur Amazon ou ailleurs, je vais à la bibliothèque. Pourquoi ? parce que c'est un budget et aussi parce que je n'ai plus de place pour les stocker.
    Quant au fait que tu continues à écrire malgré tout, c'est vraiment très bien, car je pense que c'est réellement un besoin chez l'écrivain.
    Très bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  10. J'affectionne le livre papier, et si j'apprécie les services s'Amazon, je continue de choisir mes ouvrages dans une librairie. Ce n'est pas demain que je lirai un livre sur tablette ;-)
    Bonne journée et vive le livre !

    RépondreSupprimer
  11. Et oui malheureusement , les libraires vont avoir de plus en plus difficile comme tous les petits commerçants! La mondialisation fait des dégats ! Merci de ton passage sur mon blog!

    RépondreSupprimer
  12. Sournois. Mais je veux garder confiance: ce sera peut-être l'occasion de voir renaître les vraies librairies, avec des libraires qui savent vraiment ce qui est sorti , ce qui est en accord avec les goûts de leurs clients (un par un), le service à la carte, l'échange. J'aime la Fnac mais personne ne sait rien. Ils cherchent sur l'ordi, ne savent pas de quoi ils parlent. Où sont passés ces érudits merveilleux qui choisissaient les livres qu'ils voulaient vendre parce que c'était "le genre de la maison"?

    RépondreSupprimer
  13. Les modes passent et je continue à lire une dizaine de livres dans le mois. J'achète souvent chez Amazone, à cause des prix. Je peux comprendre ta colère. Bon mardi, amicalement !

    RépondreSupprimer
  14. Il y en a qui savent encore lire et apprécient de tourner les pages papier. Je suis de celles-là.
    Pour ce qui est de la concurrence déloyale...les hyper structures ont les reins bien solides et en effet font la loi. Les libraires doivent faire preuve d'imagination pour appâter la clientèle et cela peut avoir un coût... Cruel dilemme.
    Mamina de S

    RépondreSupprimer
  15. Si la vente de livre baisse, Amazon n'est pas seule en cause ..Si j'achète encore des livres de référence que j'utiliserai pendant des années, j'ai renoncé , pour des raisons de place et de prix à acheter ( à de rares exceptions) des livres que je ne lirai qu'une fois !! je préfère payer une et même plusieurs cotisations et fréquenter les médiathèques !! mais je ne fréquente jamais Amazon :) bonne journée..

    RépondreSupprimer
  16. adepte d'Amazon dès le début de mon ordi, j'en suis vite revenu !!! manque de discernement dans les transporteurs, les dates d'arrivées deviennent aléatoires ... et ils arrivent à me faire parvenir 3 livres le même jour par des distributeurs différents !!!! là... je dis bravo !!! je suis revenu aux libraires traditionnels, mais là... problème personnel majeur... au lieu d'acheter 3 livres , j'en achète 7 !!!! je me suis tourné vers la FNAC... s'ils étaient pas mal les premiers mois, ils deviennent comme Amazon !
    Donc je continue chez mon libraire, mais j'y vais moins souvent ... le problème de stockage est problématique .... personne ne veut des livres ! ni petites bibliothèques ni hôpitaux !!!
    Et suivant ton hypothèse d'achat de maisons d'éditions... un bon livre "le rire du grand blessé" de Cécile Coulon montre bien la tendance ....
    Et bravo pour ta persévérence

    RépondreSupprimer
  17. Tu as raison Jean Mi ! Continue ton petit bonhomme de chemin ....

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour, c'est très rare les accidents en montgolfière et l'instructeur nous en a raconté ceux qu'il a connu en 40 ans et ce n'était pas beaucoup. Bonne fin de semaine !

    RépondreSupprimer
  19. Pour ma part, j'achète parfois chez Amazon, mais sans culpabilité: j'achète par ailleurs tellement aux libraires!

    RépondreSupprimer
  20. Ecrire pour soi tout d'abord, non ?

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.