Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

jeudi 31 octobre 2013

Il faut, avec les mots de tout le monde, écrire comme personne. (Colette)

C’est toute la difficulté de l’exercice ! La langue française comprend entre 140 000 et, si l’on inclue les langues régionales, 270 000 mots. Le choix des permutations possibles est donc infini pour décrire une idée, un personnage ou une situation. Chaque auteur, si l’on exclut les odieux plagiaires (non je ne donnerai pas de noms !), doit faire en sorte d’organiser tout cela pour que le lecteur y trouve un intérêt et ait envie de continuer, puis d’y revenir. Mais l’essentiel est de rester cohérent et surtout crédible. J’avais bien pensé au scénario d’une mère élevant une enfant cachée dans le coffre de sa voiture ; mais finalement j’ai abandonné cette idée, la jugeant peu vraisemblable. J’avais même imaginé un personnage petit, assez vilain, végétarien, ne buvant jamais d’alcool, impuissant, affublé d’une moustache et d’une mèche ridicules qui, voulant dominer le monde, l’embrasait dans une guerre sanguinaire faisant près de cent millions de morts ; mais je l’ai abandonné, pas assez réaliste !
Plus sérieusement, la réalité dépasse toujours les imaginations les plus fertiles. Les turpitudes humaines sont hélas sans limite et souvent les mots manquent pour exprimer l’horreur…


Mes petites histoires :

30 commentaires:

  1. L'occasion de relire "La bibliothèque de Babel" (Borges, "Fictions") qui contient tous les livres possibles jamais écrit et à écrire.

    RépondreSupprimer
  2. Le choix des mots est important, à l'écrit comme à l'oral, mais c'est bien difficile d'échapper aux phrases toutes faites.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour jeanmi,
    Tu sais si bien tricoter les mots et les maux...à l'endroit, à l'envers...continu
    Belle journée à toi

    RépondreSupprimer
  4. Il est certain que la réalité offre parfois des scénarios qu'on aurait pensé invraisemblables...
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  5. Continuez d' être l' historien d' un réel transfiguré.

    RépondreSupprimer
  6. je viens te faire un coucou ! bonne soirée

    RépondreSupprimer
  7. Le choix des mots, oui, mais le style... Le style qui peut surprendre et arracher un sourire, le style qui provoque une larme. Et il n'y a rien comme la fiction, ou la poésie, pour permettre au style de s'exprimer.

    J'écoutais chanter Gilles Vigneault ce matin. Il a la maîtrise de l'écriture et un style à nul autre pareil. Je me demande si un écrivain qui écrit un roman ou un polar peut se permettre une telle originalité dans le style. Peut-être, mais c'est rare...

    Continue à nous faire réfléchir ! :-)

    RépondreSupprimer
  8. Et les bébés dans les congélos, pas une bonne idée non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma chère Mab, congeler des bébés, mais c'est impensable ! C'est comme massacrer sa femme et ses 4 enfants pour éviter de dire que l'on est au chômage, IMPOSSIBLE !...

      Supprimer
  9. Il n'y a que de l'invraisemblable dans notre réalité, on le constate tous les jors ou presque.
    @nnie...bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  10. Il y a c'est vrai des gestes qui nous laisse sans voix.

    RépondreSupprimer
  11. Comme le monde marche de plus en plus sur la tête que reste-t-il à imaginer ?... Ensuite pour l'écrire, le choix des mots est un instant précieux. Un ? Plusieurs ! car "cent fois sur le métier vous remettrez votre ouvrage"...
    Lakévio

    RépondreSupprimer
  12. géniale cette Colette ! j'adore...beau dimanche!

    RépondreSupprimer
  13. j'aurais trop aimé écrire des romans comme les écrivains le font!
    Angie

    RépondreSupprimer
  14. Personne n'est parfait pas même la langue française
    Je peux apprécier , aimer un livre pour son contenu, son auteur mais même si je n'aime pas, je n'oublie pas la somme colossale d'heures de travail , je n'aime pas les personnes imbues , critiques dès l'instant qu'elle trempe leur plume dans une encre trouble
    Bonne fin de journée

    RépondreSupprimer
  15. bonsoir Jeanmi
    il y a déjà bien longtemps que nous nous sommes parlé . je n'ai aucune imagination mais c'est vrai que l'actualité en regorge dans tous les domaines . j'aurais bien écrit sinon ce qui se passe dans les hôpitaux lorsqu'on est accompagnant d'un gros malade .
    bises

    RépondreSupprimer
  16. J'écris instinctivement et je ne me pose pas la question sur les mots, juste vérification de l'orthographe. Pour l'imagination certains ne peuvent écrire que leur vécu et d'autres ont une imagination débordante ensuite il y a la palette intermédiaire. Bon mardi !

    RépondreSupprimer
  17. Oui, un exercice difficile que seuls quelques uns peuvent faire.

    RépondreSupprimer
  18. bonjour
    chacun est libre de penser ce qu il veut
    moi je suis Celte , bretonne et francaise
    expatrié vous moi pas
    et je suis avec eux pour que chacun puisse choisir de vivre et travaiiller dans son pays natal
    j ai vécu à l 'étranger
    bonne chance à vous
    kenavo

    RépondreSupprimer
  19. écrire, c' est un peu se révéler !
    Mais j' ai toujours constaté, même pour la science-fiction, que les écrivains restaient souvent en dessous de la réalité.

    RépondreSupprimer
  20. j'ai une baisse de la vue
    et ne peut lire que sur internet
    mercy d'être passé

    RépondreSupprimer
  21. Richesse et raffinement du langage sont essentiels pourvu que la tournure soit simple ou claire. Trop d'enluminures dans l'écriture donnent parfois un résultat artificiel que je fuis.

    ps: Je visite ce blog, interpellée par le commentaire sur celui de Valérie de Haute Savoie

    RépondreSupprimer
  22. Colette avait bien raison. Pas toujours facile de bien exprimer ce qu'on voudrait, le principal est de se faire comprendre. Bonne fin de semaine !

    RépondreSupprimer
  23. Bonsoir cher Jeanmi,
    Pour moi écrire c'est ce qui a en nous, c'est la même chose pour écrire un poème.
    C'est vrai que la langue française est très riche en mots !
    Colette savait écrire et bien employé les mots.
    Bonne soirée et bon week-end, hélas pluvieux, bisous.

    RépondreSupprimer
  24. La pensée de Colette , profonde et si bien exprimée est une belle introduction à cet article et aux autres sur ce blog, très intéressant.
    Je suis en train de lire Ladivine, de Marie NDiaye : parfaite application de ce principe.

    RépondreSupprimer
  25. Tu as bien raison, la réalité dépasse largement la fiction. Nous pouvons le vérifier à longueur de temps.
    Écrire tout d'abord pour le plaisir de mettre en mots, les siens.. ! .Et le reste viendra peut être de surcroit.

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour Jeanmmi, merci de ton passage chez moi à mon tour je découvre ton blog. Voilà un article fort intéressant et qui reflète bien la réalité de nos jours... bon début de semaine

    RépondreSupprimer
  27. Tiens, ça me fait penser...Tu connais le film:"Le créateur" ? Je trouve que c'est un film remarquable sur la difficulté d'écrire.

    RépondreSupprimer
  28. La triste réalité dépasse l'imagination , les faits divers dramatique de ces derniers jours me laissent penser que certaines personnes auraient dues être soignées à l'hôpital psy .

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.