Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

jeudi 22 août 2013

Fotes, houps ! Pardon, fautes...

 Les grands écrivains n'ont jamais été faits pour subir la loi des grammairiens, mais pour imposer la leur.
Alors si c’est Paul Claudel qui le dit !…
Lire un livre c’est passionnant, écrire un livre c’est prenant, corriger son livres c’est ch**t.

Rien de plus fastidieux que de relire environ 20 fois son propre manuscrit pour arriver à éliminer les incohérences, fautes de ponctuation, accords du participe passé aléatoires, encore heureusement que l'on est aidé. La volonté de tout éditeur qui se respecte, le mien en premier, est de publier, par respect pour le lecteur, un produit sans coquille. Pour être certain (à 99 %) qu’il ne reste aucune faute, il faut que 4 correcteurs (trices) différents relisent 4 fois le même manuscrit  et, malgré tout, il en restera toujours trois ou quatre. Travail de fourmi, fastidieux, souvent oublié du grand public. Je tiens à leur rendre hommage ici et avec moi, elles ont du boulot ! Pour avoir rencontré deux de chez Corsaire éditions, elles font un travail difficile et toujours en accord avec l’auteur. « Ne pensez-vous pas que cette tournure de phrase est un peu lourde ? Vous pourriez peut-être écrire…» Elles ont presque toujours raison ! Ce sont des pros de notre langue que j’admire. En lisant un livre, pensez à elles (eux)…
Vous pouvez vérifier leur travail sur :
Sans tête


20 commentaires:

  1. C'est un travail fastidieux et nécessaire. C'est bien de le souligner et de mettre à l'honneur ce talent-là (qui le vaut bien !)

    RépondreSupprimer
  2. "Travail fastidieux" certes, mais oui, il le faut si nous tenons à préserver notre langue. Je suis pour ma part horrifiée de lire certains textes comportant d'énormes fautes d'orthographe (articles de presse etc...).

    RépondreSupprimer
  3. Tout à fait d'accord avec ton texte, en temps qu'ancien imprimeur dans l'édition, je connais!!! Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  4. un métier oublié dans mes lectures ! dorénavant j'y penserais ! bonne osirée

    RépondreSupprimer
  5. Parfois, je crains de laisser ce genre d'erreurs dans mes petits textes, comme changer de temps en cours de route, fautes oubliées, malgré plusieurs relectures. Mais quand je vois certaines de ces fautes dans les articles de grands journaux, je me dit que j'ai une excuse, je n'ai pas de correcteurs pour m'aider, tandis qu'eux ont les moyens d'en avoir. Est-ce faute de budget, que ces fautes fleurissent de plus en plus dans la presse ? Ou est-ce que ce métier est trop méconnu auprès du grand public, et d'avoir l'idée de le choisir?

    RépondreSupprimer
  6. C'est le moment que j'aime le moins quand il faut se relire plusieurs fois pour être certaine qu'il n'y a pas de fautes mais on finit par en trouver quand il est publié même quand d'autres corrigent les fautes. Bonne fin de semaine !

    RépondreSupprimer
  7. Et ils ont supprimé ce poste dans la presse..... D'où les nombreuses coquilles.....

    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  8. bien de mettre ces personnes à l'honneur, donc on leur doit beaucoup de jolies tournures des textes qu'on lit!
    bonne journée
    Angie

    RépondreSupprimer
  9. Et il y aura toujours du travail pour ces personnes, le niveau baisse de plus en plus.

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir Jeanmi
    Bien vu de nous faire connaître les dessous de l'édition
    A+

    RépondreSupprimer
  11. Comme quoi un regard extérieur aide souvent sinon toujours à ajouter les dernières touches nécessaires à un travail dont on pourra se sentir fier lors de sa parution.

    RépondreSupprimer
  12. ......sûrement que de relire ...c'est tout un travail....trouver une meilleure tournure de phrase...corriger l'orthographe d'un mot....peaufiner un texte...c'est aussi important que la compo...;)

    comme ça tu n'aime pas la blanche saison?...

    bon dimanche...c'est encore chaud...!

    ly xx

    RépondreSupprimer
  13. Je lis des livres contemporains comme anciens, si on peut dire, et il y a toujours de toute façon, des coquilles. Alors il faut faire "au mieux", et je comprends que lire, relire, et re-relire son manuscrit est un peu "énervant" à la fin. Si on se fait aider par quelqu'un c'est déjà un soulagement. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  14. Rien que pour produire quelques légendes indispensables à la compréhension des images que je propose, c'est déjà compliqué pour moi qui n'est en possession que mon certificat d'études à faire valoir... alors...
    ;-))

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour cher Jeanmi,
    J'en lis aussi des coquilles, mais même en relisant dix fois, tu as de la chance d'avoir un bon éditeur.
    Dans les journaux ce n'est pas mal non plus, même en parlant certains journalistes font des fautes qui font mal aux oreilles.
    On reste zen, personne n'est parfait !
    Tu es toujours en vacances, moi aussi, mais à Bruxelles, c'est ma dernière semaine.
    Il fait beau, il y a des tas de choses à voir, ce n'est pas plus mal.
    Bonne semaine, bisous.

    RépondreSupprimer
  16. C'est vrai que ce n'est pas facile... même en faisant très attention.

    Lorsque j'ai confié les mille pages de ma thèse à mon directeur, en lui disant que j'étais désolée s'il restait des coquilles... il m'a répondu : Pour qu'un manuscrit de cette taille n'ai plus de fautes d'orthographe ou de frappe, il faut qu'il ait été relu par 50 lecteurs différents.

    En fait, je me rends compte que lorsque je lis, je ne vois que les fautes qui gênent la compréhension.

    Le reste "passe" lorsqu'on lit rapidement.

    Mais c'est vrai que je suis abasourdie lorsque l'on me dit que même chez les grands éditeurs il n'y a plus de correcteurs...

    Un métier difficile, très.

    Merci de les avoir mis à l'honneur.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
  17. Aujourd'hui il y a de plus en plus de personnes qui font des fautes d'orthographe car c'est moins sévère au lycée. Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
  18. Le travail des correcteurs, c'est presque de la torture, ma foi! La langue française étant ce qu'elle est, comment s'y retrouver avec toutes ces tournures de phrases et ce qui plaira aussi au lecteur. Vous préférez ceci ou cela? La compéhension du texte y gagne ou pas? On peut y perdre dans le style, non?

    Pour l'auteur, ce doit être frustrant parfois de retrouver un plein paragraphe réduit à deux lignes. Et dire que plusieurs corrections se font sur un même livre!

    Je parle et je déconne, mais à la fin, j'imagine que ce doit être fabuleux de voir enfin ce bébé naître après tout ce travail. :)

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour Jeanmi,

    Je venais justement pour te dire que j'ai réussi à acheter et lire ton livre : "SANS TÊTE". Çà y est, je l'ai terminé hier soir.

    Pour ce qui est de corriger, j'ai corrigé moi-même le livre d'un auteur une fois. C'était plein de fautes de toutes sortes. J'ai corrigé mes livres toute seule et l'on m'a dit qu'ils étaient sans fautes.

    Bon lundi,
    Lydia

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.