Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

jeudi 30 août 2012

C'est la rentrée, youpi ! !

Tout le monde n’est pas Valérie Nothomb ou Marc Lévy et la place (même petite) d’un écrivain dans le monde de la production littéraire prend du temps, beaucoup de temps. C’est souvent sur plusieurs années, qu’un auteur se fait connaître, cependant il doit y mettre du sien et ne pas attendre tout de son éditeur qui souvent est un artisan pas très riche. Les réseaux sociaux ont leur rôle à jouer pour faciliter le « bouches à oreilles » et la diffusion. Même si la plupart des auteurs, comme moi ne cherchent pas à gagner de l’argent mais simplement à être lus, cela implique un engagement en mouillant la chemise dans les librairies et les salons du livre.
Nous entrons dans la période ″frénétiquement feutrée″ de la rentrée littéraire, les couteaux sont sortis, les révolvers chargés. 650 romans et 7000 polars vont déferler sur le marché. Les prix littéraires iront aux grandes maisons d’éditions qui de leur côté, n’auront publié que les noms déjà connus du grand public, comme d’hab. Il faut bien dire aussi que chacun des grands éditeurs reçoit jusqu’à 300 manuscrits par jour ! Au mieux une centaine en tout sera lue. Alors il faut être un coureur de fond pour s’aligner au départ et ne pas rêver à la manne céleste, mais plutôt adopter la stratégie du poisson pilote qui vit des miettes du grand requin blanc…

Essayez mon petit dernier : Sans tête

32 commentaires:

  1. Nays ,je ne peux point te joindre sur ton site

    RépondreSupprimer
  2. Ce que tu racontes est très vrai. Et je pense que beaucoup de bonnes plumes vont être reconnues grâce aux réseaux sociaux; ce qui avant la naissance de cette technologie n´était pas le cas.
    Ici sur les blogs, je connais une autre romancière qui s´est auto-éditée et qui a fait un petit bout de chemin à travers des réseaux sociaux. Elle s´appelle Michèle Hardenne.Je pense qu´elle a eu bien raison de ne pas attendre qu´un éditeur prenne la peine de s´inquiéter d´elle pour réaliser son rêve. J´espère qu´à travers les blogs et les réseaux sociaux, tu t´imposeras pour être retenu dans un prix littéraire.
    Bonne soirée, Ismeralda

    RépondreSupprimer
  3. J'ai beaucoup aimé "Affaires étranges au quai des orfèvres" et mis un message sur mon blog en juillet dernier. L'ouvrage est rangé dans ma Biblioblog avec d'autres et ou "Sans tête" ira les rejoindre...

    RépondreSupprimer
  4. Faut en vouloir pour se lancer dans cette aventure.

    RépondreSupprimer
  5. Pas facile d'être écrivain quand on ne s'appelle pas Grangé ou Coben, il faut se faire connaître et c'est compliqué ! En tout cas être publié est déjà une victoire comme vous dites : près de 200 manuscrits passent à la trappe sans même être lus... Donc bravo et bonne rentrée à vous !

    RépondreSupprimer
  6. Alors éditer un livre ou un recueil de poèmes devient un parcours du combattant ? Merci de ton passage...

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir cher Jeanmi,
    Il me semble que tout le monde à la plume facile, (rires).
    Tout le monde écrit.
    Cet été, j'ai lu tous les Musso.
    C'est un jeune auteur qui je trouve à du talent.
    Ce ne sera pas facile à la rentrée, courage et restons zen !
    Bonne fin de semaine, bisous.

    RépondreSupprimer
  8. BOnsoir je trouve que tu as beaucoup de courage mais dans la vie il en faut beaucoup
    Bonne chance alors et bonne soirée

    RépondreSupprimer
  9. On se bouscule au portillon de l'édition
    Peu d'élu en somme
    Amicalement
    timilo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est non seulement une question de chance mais aussi de pugnacité. Il faut insister, ne pas se décourager, recommencer et un jour bingo, un éditeur dit OUI, alors c'est le bonheur. Mais ce n'est pas gagné pour autant après il faut vendre, c'est à dire SE vendre et là ce n'est pas le plus facile...

      Supprimer
  10. c'est bien pour ça qu'on n'ose même pas tenter le coup ! En tout cas merci de ton passage par chez nous

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,
    Je comprends fort bien ce que tu veux dire dans cet article.
    Mais il y a d'autres moyens de te faire connaître et notamment de te publier toi-même, de faire un évènement sur la toile, que sais-je ? (rires).
    Mais sérieusement tout coûte cher, et puis on est dans un monde de requins, il faut bien le dire.
    Restons zens.
    Bon week-end.

    RépondreSupprimer
  12. J'en sais quelque chose.... je tente de faire publier mes bonheurs du jour, sans succès - mais je m'accroche !
    Bon week end !

    RépondreSupprimer
  13. marre de lire les romans et thrillers donc je cherche autres,plus des documentaires ....et là je me suis initiée à la poésie...bon je vais voir le livre que tu nous proposes....

    RépondreSupprimer
  14. salut ami !
    merci de ta visite
    j'aime ton blog , j'aime ton ton ( mais oui!)
    cette ironie grave , ce survol des choses....
    et je vais me procurer tes bouquins pour mieux te connaître
    Alors, ne reste pas en vacances, écris, écris, ecris... et n'oublie pas de rouspéter un peu, ta façon de le faire m'amuse et me plaît.
    bises
    dany

    RépondreSupprimer
  15. Je ris... Les grandes maisons d'édition font ce qu'elles peuvent je crois et ne courent pas grand risque. Pourtant, il leur arrive de publier aussi des "petits poissons" tous frais...

    Je ne sais pas comment c'est possible, peut-être font-ils jouer leurs connaissances, leurs relations... Mais bon, on n'y peut rien.

    Certaines sont sympa dans leurs commentaires de retour, d'autres font des bourdes pas possibles, mais après tout, c'est le jeu.

    Mon livre à moi sortira sans doute en auto-édition à la fin de l'année. Je me laisse encore quelques semaines pour trouver une bonne âme parmi les éditeurs consultés. Mais je manque de patience. :)

    Pas grave... Comme dirait l'un de mes profs à la fac, il y a déjà trop de livres. Que serait le mien, perdu dans une telle forêt ?

    Passe une douce soirée. J'adore ton humour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a jamais trop de livres, la pensée humaine est sans limite. Nous avons la chance d'être dans un pays de lecteurs et d'écrivains. C'est notre art majeur, profitons-en et surtout pas d’autocensure. Quichottine, il faut persévérer !

      Supprimer
  16. Bonjour, cher Jeanmi, je te souhaite une excellente rentrée, alors. A bientôt de nous lire... Bien amicalement

    RépondreSupprimer
  17. Chose promise chose due. Désolée mais la Lune est couchée depuis longtemps.
    Je suis une dévoreuse de roman policier et votre blog que je connaissais pas est une mine d'or pour les amateurs. La liste des blogs est très intéressante. Je vais continuer à fouiller. Peut-on trouver vos deux derniers livres en librairie ? Actuellement je finis "Le Symbole perdu" de Dan Brown. Merci d'être passé sur mon blog qui je le conçois traite de sujets bien plus futiles. Mais ne faut-il pas de tout pour faire.... un blog et de plus je suis une incorrigible optimiste. Jolie journée.

    RépondreSupprimer
  18. Et bien je ne suis pas sure de pouvoir un jour , faire éditer mon best ...
    mais je ne désespère pas
    à bientôt ** dgidgi

    RépondreSupprimer
  19. J'écris ma vie sur un cahier... c'est un besoin.... bien sûr je ne serai jamais éditée.. là n'est pas mon problème.... mais je n'ai jamais aimé Amélie Nothomb..Elle me saoule quand elle parle et même quand elle écrit....
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  20. comme le parcours du combattant de l'écrivain (pas trop connu ) ressemble à l'artiste-peintre qui voudrait être plus connu ,lui aussi !!!

    RépondreSupprimer
  21. Ces rentrées littéraires ne permettent pas de voir la diversité des écrits vu que ce sont les mêmes que l'on voie

    RépondreSupprimer
  22. Merci de ta visite et de ton commentaire sur mon blog. J'espère que tu aimeras lire Clarice Lispector!
    En lisant ton profil sur blogger, j'ai (re)pensé à Clarice qui écrivait tout simplement parce qu'elle aimait le faire.
    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  23. Bonjour, je découvre votre blog grâce à celui d'Annick (notre amie Auvergnate), je reste admirative devant l'éventail de vos multiples activités et découvre avec joie que je partage votre avis sur pas mal de points. En ce qui concerne la rentrée littéraire, la routine est de mise, les éditeurs sont des marchands qui misent sur des valeurs sûres, qui ne sont pas forcément des valeurs de qualité... mais ainsi va le monde des... "bankables" !
    J'ai terminé "la vie rêvée d'Ernesto G." de JM Guenassia (c'est son deuxième roman après Le Club des Incorrigibles Optimistes), et là, je dis haut et fort qu'il mérite le Goncourt ! Bonne journée

    RépondreSupprimer
  24. C'est vrai qu'être édité c'est comme une reconnaissance de votre "œuvre", je dis œuvre plutôt que travail, bien que parfois, ça torture la caboche toutes ces histoires envahissantes.

    Mais l'art, parce que c'est un art, est plus fort que nous. Le laisser vivre n'est pas donné à tous non plus, l'école bien souvent a éteint la créativité d'un grand nombre d'enfants, le job alimentaire et l'intendance de la maisonnée ne nous laissent plus le temps.

    Qu'une Amélie Notomb ou un Marc Levy aient du succès, tant mieux pour eux, je n'aime guère leurs récits sans épaisseur, ceci ne leur enlève pas cette démangeaison artistique, et c'est formidable qu'ils puissent en vivre.

    On sculpte les mots comme on taille la pierre, le titre du blog, ainsi est bien choisi.

    ps: pour la rentrée littéraire, tout me laisse de marbre, j'ai choisi de lire Bourdieu et relire "les rêveries d'un promeneur solitaire".

    RépondreSupprimer
  25. Votre petit dernier fera donc partie de cette "rentrée" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre passage chez moi :) Je vous souhaite une bonne rentrée littéraire, une bonne rentrée tout simplement. A bientôt :)

      Supprimer
  26. Cette chère Amélie va en manger son chapeau, d'être ainsi débaptisée...
    Rappelons nous que l'année dernière le Goncourt a été à un premier roman (mais, OK, dans une maison d'édition ayant pignon sur rue...)
    De toute façon, cette course devient lassante, même pour les lecteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien contre cette "chère Amélie" mais trop, c'est trop. On ne voit qu'elle ... et son éditeur bien sûr. De toute façon les prix littéraires sont répartis entre le top ten tous les ans, alors à quoi bon ? Cela dit le 3e livre d'un auteur "goncourisé" a-t-il une chance ?

      Supprimer
  27. Cette rentrée littéraire, comme les autres, me fatigue (c'est de pire en pire avec l'âge...). Je lis une ou deux nouveautés, puis je retourne à mes classiques ! Vive Maupassant :-)) Je n'ose imaginer ce que cela doit être pour un auteur peu médiatisé... Sans doute à la fois frustrant et énervant, mais peut-être aussi stimulant ?
    Je ne reviens sur le phénomène Amélie dont j'ai parlé sur mon blogs il y a peu. Son dernier roman m'a laissé une franche impression de trop peu...
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  28. Je lis beaucoup l'été au bord de la mer,
    j'aime lire de tout :-) mon mari m'appelle
    la mangeuse de livres :-)
    je vois que tu connais mon département,
    qui est toujours bien ensoleillé mais pas
    ce week-end,qui a été bien tristounet :-)
    bises

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.