Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

samedi 23 juin 2012

Vérité économique du livre


Les salons du livre sont aussi un bon moyen de rencontrer du public, mais là vous vous trouverez en compagnie de collègues plus ou moins nombreux. Profitez-en alors pour « parler chiffon ». Vous pourrez échanger vos expériences sur les éditeurs, les diffuseurs, les libraires. Par expérience, les éditeurs qui proposent d’entrée des pourcentages avantageux, ne sont pas ceux qui vivront le plus longtemps. Il y a une vérité économique du livre et un équilibre très fragile. Quand un distributeur (celui qui livre avec des camionnettes les libraires) prend entre 50 et 55% du prix du livre, que de son côté le libraire en prend 35 à 40% que peut-il rester à l’éditeur pour payer un diffuseur (le commercial qui va vendre votre livre auprès des libraires), un imprimeur, un graphiste, des correcteurs et au final un auteur ? Si vous comptez gagner votre vie en écrivant, elle sera précaire très longtemps et les plus grands ont commencé par de la vache enragée au déjeuner. 

16 commentaires:

  1. Bonjour cher Jeanmi,
    Je ne t'oublie pas, j'ai été très occupée.
    Il faut être courageux pour écrire, je vois, on ne gagne pas sa vie, il y a beaucoup trop de vautours qui se servent avant tout.
    Il faut écrire pour le plaisir tout simplement.
    C'est vrai que les connus ont mangé de la vache enragée, il faut persévéré, mais ce n'est pas facile.
    Il y a de quoi baisser les bras.
    je te connais, tu es un courageux !
    Bon week-end, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  2. Merci de ta visite.
    bonne chance pour ton bouquin.
    Bon dimanche.
    Bisoux

    RépondreSupprimer
  3. c'est très dur pour ceux qui écrivent
    je pense qu'il faut d'autres métiers à côté
    ti bo du jour et belle fin de journée



    *´¨`*•.♥ Ś Ő Ń Ŷ Á ♥.•*´¨`*

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir Jeanmi,merci pour ton passage et je te souhaite beaucoup de réussite pour ton livre.
    Bonne soirée@+++

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour !
    Aller a un salon du livre en France....quel reve !!!

    RépondreSupprimer
  6. Mais l'écriture est un grand art... Comme la peinture, on est révélé bien souvent après de longues années de vaches maigres... Mais il faut résister... Peu d'éditeurs ne se cassent pas le nez en route ! Entrainant bien des écrivains dans le plongeon vertigineux... J'en connais au moins un...
    Bon courage Jeanmi, je note les deux titres encore disponibles... C'est bientôt l'été ! Merci pour la visite.

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour votre commentaire et ce canal du midi si ancien, risque de devenir comme une autoroute payante à chaque écluse... quelle misère
    Les auteurs ne peuvent en effet devenir riche, il faudrait mieux être footballeur lol.. et eux il leur manque la lecture pour leur modeler le cerveau!
    C'est une de mes passions
    bonne semaine
    chatou

    RépondreSupprimer
  8. Au moins c'est clair !
    Merci pour ce commentaire laisser sur mon blog entre humour et vérité.

    bonne fin de journée

    RépondreSupprimer
  9. bonsoir . il est clair depuis longtemps que ce n'est pas celui qui bosse qui rempli sa bourse . bonne soirée

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir Jeanmi,

    Ma dernière visite de la journée est pour toi, après je ferme l'engin. J'ai noté que ton livre était dispo, je t'en reparlerai plus tard car je prépare mes vacances.

    Bonne soirée,
    Lydia

    RépondreSupprimer
  11. et oui, comme dans toute forme artistique, il y a des réalités économiques. vivre de son art, c'est un gros défi.. les "élus" sont peu nombreux..

    RépondreSupprimer
  12. Certes l'édition n'est plus tout à fait pareille .Les auteurs en souffrent ,mais les lecteurs en pâtiront .Le réalisent-ils ? Pas assez !!!

    RépondreSupprimer
  13. en effet, que reste-t-il à l'auteur ! Quand j'ai fait mon livre "Perles d'aurore", je n'ai pas pensé à tout cela, j'ai foncé chez un imprimeur et me voici, donc auteur, éditeur, distributeur ... là, pas facile ... je n'ai pas encore voulu de distributeur, car pour le moment, j'ai besoin de récupérer les frais d'imprimerie ...
    Heureusement, j'ai proposé mon livre au concours d'auteur photographe où il s'est bien placé, il est aussi "coup de cœur" dans une librairie ... mais cela me demande encore bien du travail d'expo photos par exemple pour le faire connaître ...

    RépondreSupprimer
  14. C'est vrai que les droits d'auteur sont bien maigre et qu'il faut se méfier des escroqueries :O
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  15. Merci de votre passage chez moi, ils font peur vos livres, je préfère le roman et la biographie
    bonne soirée

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.