Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

dimanche 11 juillet 2010

Les étranges voiles


Assemblée nationale  XIIIe législatur   Session extraordinaire de 2010

Compte rendu intégral


Séance du 7 juillet 2010


Interdiction de la dissimulation du visage dans l'espace public 


M. le président. La parole est à M. Jacques Myard.

M. Jacques Myard. « Il n'a jamais existé dans nos sociétés d'habit du visage
». C'est par cette simple phrase, qui dit tout, qu'Elisabeth Badinter
rappelait une évidence, mais aussi un principe, lors de son audition devant
la mission sur le voile intégral.

M. Éric Raoult. Très bien !

M. Jacques Myard. L'homme est une singulière espèce - et j'embrasse toutes les femmes.

La nature donne à chacun un visage particulier qui le différencie de son
voisin. Autant de visages, autant de personnes, autant de dignités. Masquer
son visage, c'est disparaître, ne plus exister pour l'autre. C'est la
négation de la personne.

Le voile intégral est-il un simple habit ? S'agit-il d'une mode passagère,
d'un réflexe identitaire sans lendemain qui s'estompera avec le temps ? Le
voile intégral va bien au-delà. Il est l'expression d'un réel projet
politique d'une société fondée sur une conception rétrograde, qui rejette
tout à la fois l'égalité des sexes, la mixité de la société et la laïcité,
au nom d'une vision politique d'un intégrisme religieux. Le voile intégral
porte la volonté politique d'imposer une loi religieuse personnelle à la
République consacrée par le suffrage universel. Il constitue le premier pas
certain d'une action programmée par ses prosélytes, qui mène au
communautarisme et au rejet de l'autre. C'est la négation du vouloir vivre
ensemble, la consécration de l'intolérance institutionnalisée.

Trop de signes montent vers nous pour que nous ne prenions pas au sérieux
ces actions, véritables dérives sectaires qui sous-tendent cette pratique :
refus de la part d'une femme d'être examinée par un médecin homme, refus de
la mixité dans les piscines, refus d'être interrogée par un professeur
homme, refus de prendre son repas à côté d'un voisin qui mange du porc,
refus de prendre sa douche dans un vestiaire avec des non-croyants. Admettre
par lâcheté ces attitudes pour ne pas faire de vagues et se taire, c'est, à
coup sûr, alimenter de nouvelles revendications, c'est donner raison à ces
intégristes qui pratiquent l'intimidation et veulent imposer leurs
conceptions rétrogrades.

Le projet de loi que vous présentez, madame la garde des sceaux, porte un
coup d'arrêt définitif à une pratique indigne. Certains, malheureusement,
frappés de pusillanimité, mettent en avant des arguties juridiques pour ne
rien faire par crainte d'une censure du Conseil constitutionnel ou de la
Cour européenne des droits de l'homme.

L'honneur et le devoir du politique, c'est de prendre ses responsabilités.

M. Bernard Deflesselles et Mme Valérie Rosso-Debord. Très juste !

M. Jacques Myard. Peu importent les interprétations discordantes de nature à
paralyser votre action.

Cela me rappelle un texte de Kafka. Un homme libre doit franchir une porte
pour entrer dans la ville. Un homme fort lui barre la route armé d'un
gourdin. L'homme hésite. « Si tu passes, lui dit l'homme au gourdin, je te
combattrai et, derrière moi, il y a une autre muraille et une autre porte
avec un homme encore plus fort que moi, armé d'un gourdin, qui te barrera
aussi la route ». Alors, l'homme libre attend et finit par mourir mais,
juste avant sa mort, le gardien lui dit : « Cette porte était faite pour
toi. Tu n'as pas osé la franchir. Tant pis pour toi ».

Pour moi, il ne fait aucun doute que nous devons franchir cette porte au nom
de la République. Qui peut imaginer qu'une loi qui réaffirme l'essence même
des droits de l'homme et du citoyen puisse craindre les foudres des hommes
dont la mission est de préserver et promouvoir ces droits mêmes ? Nombre de
juristes sont parmi les premiers à estimer qu'il n'y a aucun danger.

Soyons sérieux : la pusillanimité doublée de procrastination n'est pas une
méthode de gouvernement ! (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe
UMP.) Ne nous trompons pas. Cette loi n'est pas une fin en soi. Elle
constitue, à mes yeux, une étape dans la nécessité d'enseigner et de
transmettre les principes de la République. C'est là une chose que nous
avons eu trop tendance à prendre pour une évidence, un acquis non
discutable.

N'oublions pas, comme dit Tocqueville, que « chaque génération est un peuple
nouveau ». Il nous revient de lui apprendre ce que signifie la laïcité, qui
respecte tous les cultes mais organise le vouloir vivre ensemble dans le
respect de l'autre, sans exclusive et à visage découvert.

Voilà pourquoi il me semble utile d'instituer une journée de la laïcité, le
9 décembre - c'est le sens de mon amendement -, afin de promouvoir ce
principe fondateur de la paix civile. (Applaudissements sur les bancs du
groupe UMP.)

2 commentaires:

  1. pourtant, si la laïcité en a pris plein la gueule, les élus de droite y sont pour quelque chose ..... le président en premier ....

    RépondreSupprimer
  2. Encore une journée "X" et la bonne conscience qui va avec ! Bien sur qu'on a fait quelque chose !

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.